JuilletJuilletJuilletJuilletJuilletJuillet777777DVDenfrancais.com - L'industrie | Juillet 2009
Nous ecrire        Facebook Twitter Mobile RSS        
DVDEF

L'industrie | Juillet 2009

Archives
27 Juillet 2009 Données sur le marché
Économie et technologie changent la donne: Alors que la récession continue d’avoir des impacts sur les habitudes de consommations des gens, le divertissement à domicile est, sans surprise, victime des remaniements budgétaires des ménages. Étonnamment, ces réductions sont moins importantes qu’on pourrait le penser à priori.

En effet, selon un rapport publié par DEG (Digital Entertainment Group), pour la première moitié de 2009, les dépenses des consommateurs pour le divertissement à domicile ont chuté de 3,9 %, ce qui situe les revenus de ce secteur à 9,73 milliards de dollars. Mais, alors qu’on considère une diminution de ventes du format DVD se situant approximativement entre 15 et 20 %, celle-ci est largement compensée par les ventes de Blu-ray, les locations et la distribution numérique de vidéos.

Bien entendu, alors que les amateurs tentent de couper dans leurs dépenses tout en se privant le moins possible, la solution idéale réside dans les centres de locations à 1 $ par nuit qui bénéficient de la conjoncture pour accroître leur clientèle.

Mais les consommateurs tentent d’utiliser tous les moyens mis à leur disposition; le téléchargement de copie numérique en ligne, la lecture en flux continu et le service de vidéo sur demande ont tous gagné en popularité. À titre d’exemple, Lions Gates a vu ses vidéos être téléchargées 1,5 million de fois durant la première moitié de l’année, ce qui représente une augmentation de 92 % comparativement à la même période l’année dernière.

En plus du climat économique actuel, le fait que la technologie permette de plus en plus l’accès à ces nouveaux services aide énormément à accroître l’intérêt pour ceux-ci. Les nouvelles fonctionnalités des consoles de jeux vidéo, des téléviseurs et des lecteurs Blu-ray offrent maintenant la possibilité d’obtenir le film de son choix tout en restant bien confortablement installé chez soi.

Fait à noter : malgré un prix légèrement supérieur au DVD, le Blu-ray a connu une hausse de popularité de 91 % durant la première moitié de 2009. C’est donc dire que le désir des consommateurs de dépenser moins pour un support en particulier n’est pas le seul facteur à considérer dans cette fluctuation de statistiques. Le fait que les nouvelles technologies gagnent la confiance de la clientèle constitue aussi un facteur important.

Par conséquent, les studios chercheront à ajuster la stratégie de distribution de leur catalogue. Néanmoins, certains croient que les objectifs de ventes DVD finiront tout de même par être atteints, mais que le temps nécessaire pour y arriver sera légèrement plus long. D’ailleurs, avec des superproductions telles que Star Trek, Transformers : Revenge of the Fallen et Harry Potter and the Half-Blood Prince, toutes prêtes à être distribuées cet automne, les plus optimistes sont prêts à croire que les statistiques pourraient se rapprocher de celles connues l’an dernier pour cette même période. Reste à voir jusqu’à quel point les consommateurs sont prêts à dépenser pour leur divertissement durant la récession la plus importante depuis des décennies.

Source : DEG

15 Juillet 2009 Données sur le marché
Le DVD et le Blu-ray bien positionnés; les téléchargements s’intègrent tranquillement: Copie numérique incluse, service de vidéo sur demande, location de film en ligne, visionnement en flux continu de vos longs-métrages préférés… Vous commencez à rencontrer ces termes de plus en plus fréquemment? Sachez que ces nouvelles options, qui gagnent tranquillement du terrain, ne font que commencer à s’installer sur le marché. Vous pouvez donc prendre tout votre temps pour mieux les connaître afin de juger si celles-ci vous conviennent. Et rassurez-vous, vos DVD et vos Blu-ray sont encore très bien positionnés dans le monde du divertissement à domicile.

C’est ce que révèle une récente enquête dirigée par le NPD Group, un chef de file dans les études de marché dans le domaine du divertissement à domicile. Ce projet, ayant pour but d’évaluer les nouveaux courants du milieu, révèle que les disques DVD et Blu-ray constituent pour l’instant les supports les plus populaires, et ce, malgré les nouveaux moyens de distribution disponibles.

D’après cette recherche, pour laquelle 11 000 réponses ont été recueillies et dont les résultats ont été mis à jour en mars 2009, le consommateur américain moyen dépenserait environ 25 $ mensuellement, que ce soit pour l’achat ou la location de films qu’il écoutera chez lui.

De ce montant, 88 % seront attribués à un support physique; 63 % seront consacrés à l’achat de DVD, 7 % à l’achat de films en format Blu-ray et 18 % seront dépensés pour la location d’un de ces deux médias. Les 12 % restants seront quant à eux consacrés à un format numérique; 9 % iront vers un service de vidéo sur demande, alors que seulement 3 % seront consacrés au téléchargement en ligne et en lecture de films en flux continu.

Malgré le fait que ces technologies numériques soient actuellement beaucoup moins populaires que le DVD et le Blu-ray, il faut cependant noter qu’elles ont gagné du terrain depuis l’année dernière.

En effet, de l’ensemble des résultats compilés, 9 % des gens disposant d’une connexion Internet à haut débit ont admis avoir regardé du contenu vidéo en flux continu au cours des trois derniers mois, comparativement à seulement 5 % l’année dernière. Aussi, 8 % de ces utilisateurs, le double de l’année dernière, ont affirmé avoir loué une copie numérique en ligne.

Par contre, même avec cette hausse de popularité, le disque représente encore l’option la plus populaire auprès des consommateurs. Quels facteurs pourraient expliquer cette situation? L’accessibilité restreinte à Internet pour certains, le manque d’information concernant ces nouveautés technologiques ou le simple fait qu’un consommateur se sente plus rassuré d’avoir un produit tangible et non un objet « virtuel » en sa possession pourraient être des explications plausibles.

Mais possiblement que ces formats numériques suivent simplement l’intégration graduelle des nouvelles technologies aux habitudes des consommateurs et qu’elles trouveront progressivement leur place auprès des consommateurs lorsque ceux-ci se sentiront plus à l’aise avec celles-ci.

Source : The NPD Group, Entertainment Trends in America

1 Juillet 2009 Données sur le marché
Les productions québécoises en DVD - 2e trimestre 2009: Un 2e trimestre dans les normes pour le nombre de productions québécoises parues en DVD. Quarante-neuf (49) productions québécoises sont parues en DVD au cours du deuxième trimestre de l’année 2009. Au deuxième trimestre de l’année 2008, c’est seulement 40 titres qui avaient été mis en marché. En 2008 c’est cinquante-trois (53) titres qui étaient parus entre le 1 avril et le 30 juin.

Selon des statistiques compilées par DVDenfrancais, c’est au 4e trimestre de chaque année que l’on compte le plus de parutions DVD de productions québécoises. Pour l’année 2008, 41 % de tous les titres parus avaient été mis en marché au cours du 4e trimestre. Cette tendance est sensiblement la même chez les grands studios américains ou le volume de titres DVD mis en marché est toujours plus important lors des trois derniers mois de l’année.