Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

2046

Critique
Synopsis/présentation
Chow Mo Wan (Tony Leung), est un écrivain, et un séducteur hanté par un amour perdu. Il vit dans une chambre d'hôtel, vit la nuit, et gagne sa vie en écrivant des romans pornographiques et des articles pour des journaux à sensation. Mais son oeuvre principale, celle qui lui tient le plus à coeur, est une oeuvre de science-fiction, 2046. 2046 est l'année à laquelle se déroule l'histoire son livre, et c'est aussi le nom de la ville dans laquelle cette histoire prend place. Les gens vont a 2046 pour retrouver leur passé, car à 2046, rien ne change. Mais personne ne peut en être vraiment sûr, car personne n'en est jamais sorti. Le train de 2046 semble faire du sur-place pour ne pas quitter la ville.

2046, c'est aussi le numéro de la chambre voisine de la sienne, dont il va séduire la locataire, qui lui rappelle la locataire d'une autre chambre 2046, son amour perdu. Et dans son roman 2046, il va transposer les personnages qu'il croise ou a croisé dans sa vie sous forme d'androïdes et autres personnages futuristes hantant le train de 2046.

Réalisé par Wong Kar Wai, à qui l'on doit le magnifique In The Mood For Love, 2046 est un film décidément impossible à résumer. Le film parle du passé, de l'avenir, et d'un homme qui est tellement hanté par ceux-ci que son présent devient presque inexistant, ou alors une répétition de son passé.

L'histoire, complexe à souhait, avec tous ses replis temporels, est servie par une réalisation tout simplement à couper le souffle. Les graphisme de chaque plan est tout simplement hallucinant, Wong Kar Wai enchaînant avec brio des cadrages inhabituels et parfois franchement magiques. Le montage est lui aussi époustouflant, servant à la perfection une narration qui semble se replier sur elle-même comme un éventail dont les extrémités se rejoindraient.

Il faut ajouter à cela des prestations magnifiques de l'ensemble de la distribution, qui comprend entre autres le gration des stars féminines du cinéma chinois (Gong Li, Faye Wong, Zhang Yiyi et Maggie Cheung). Tous les acteurs, de la tête d'affiche au figurant, sont d'une justesse impeccable, et concourent à donner toute sa force à ce chef d'oeuvre, qui dégage une tristesse et une mélancolie infinies malgré la vie plutôt festive que mène son héros, qui passe d'une femme à l'autre sans les aimer comme il devrait.

Les amateurs des films précédents de Wiong Kar Wai retrouveront des personnages de ceux-ci, 2046 pouvant être perçu comme une suite de In The Mood For Love, les personnages joués par Tony Leung et de Maggie Cheung étant les mêmes, et l'amour perdu qui hante le premier est le sujet du film en question. Mais il n'est pas nécessaire d'avoir vu celui-ci pour se laisser emporter par 2046, car ce film se suffit à lui-même.

En bref, 2046 est un film excellent que les amateurs de cinéma auraient tort de manquer. Il s'agit encore d'un exemple éclatant de l'imagination et du brio des réalisateurs asiatiques, dont le cinéma n'a décidément, et depuis bien longtemps, plus rien à envier (ce serait plutôt le contraire) au cinéma occidental.


Image
L'image est offerte au format respecté de 2.39:1, d'après un transfet 16:9.

La définition est bonne, les détails et textures étant rendus avec une finesse très correcte. On notera cependant que les scènes de science-fiction se déroulant en 2046 donnent une impression de netteté supérieure aux scènes se déroulant dans les années 60.

L'étalonnage est excellent, les couleurs sont riches et saturées, sans qu'aucun débordement ne soit à déplorer. Le fantastique travail des directeurs de la photographie, parmi lesquels on retrouve Christopher Doyle, a qui l'on doit -entre autres- les images de Hero et In the mood for Love peut ici être apprécié à sa juste valeur. Les niveaux vidéo de contraste et de luminance sont eux aussi fort bien réglés, ce qui est là encore un prérequis indispensable pur pouvoir apprécier la photographie d'un film.

Au niveau numérique, plusieurs reproches sont à faire. Premièrement, le marquage des trames est incorrect, ce qui est ennuyeux pour certains logiciels de lecture DVD sur ordinateur, qui vont afficher de temps à autre des effets de peigne plutôt désagréables (notamment sur certains plans se déroulant en 2046, oû l'effet est franchement insupportable). Deuxièmement, la surdéfinition des contours est souvent visible, ce qui s'avère plutôt gênant. En ce qui concerne les artefacts de compression, si un oeil aguerri remarquera çà et là quelques fourmillements, ils ne sont pas du tout gênants pour un visionnement normal du film.


Son
Les bandes-son proposées sont la version originale (en cantonais, mandarin ou japonais selon les personnages) en Dolby Digital 5.1 et 2.0, et la version française en Dolby Digital 5.1. Des sous-titres françcais sont proposés, aussi bien pour le film que pour les suppléments (qui eux ne sont pas doublés). C'est sur la version originale en Dolby Digital 5.1 que se base cette critique.

La dynamique offerte bar cette bande-son est très bonne, et la présence qui s'en dégage est fort sympathique. Le champ sonore est immersif, grâce à une utilisation conséquente des canaux d'ambiophonie. Le placement des éléments sonores dans l'espace est assez précis, grâce à une bonne séparation des canaux. Les effets de transition, latéraux et avant-arrière, sont fluides et réalistes.

Les différents éléments composant cette bande sonore sont fort bien intégrés. Les dialogues sont toujours réalistes et parfaitement intelligibles, de même que la voix hors-champ du narrateur et personnage principal de l'histoire. La trame sonore, tout à fait envoûtante, qui apporte tant à l'ambiance si particulière de ce film, fait preuve d'une belle profondeur et d'une haute fidélité. Les effets sonores enfin, sont réalistes, et l'ensemble est souligné lorsque nécessaire par des basses fréquences soutenues par une utilisation judicieuse du canal d'infra-graves (.1 ou LFE).


Suppléments/menus
Les suppléments proposés sur ce disque sont assez peu nombreux en comparaison de ce que l'on peut trouver sur l'édition disponible en zone 2, qui comporte un second disque rien que pour les suppléments.

On trouve tout de même ici un documentaire sur le tournage (36:26), entrecoupé d'extraits du film et de courtes interventions du réalisateur et des acteurs principaux. L'ensemble s'avère plutôt intéressant, couvrant aussi bien les personnages (et leur évolution pour ceux qui sont repris de films précédents) que des aspects plus techniques de la production.
Un ensemble de sept scènes coupées (pour une durée totale de 15:55) est aussi proposé. Chacune d'entre elles est précédée d'un titre qui permet d'en comprendre le contexte. Chose rare, ces scènes coupées sont offertes dans un trtansfert 16:9, qui, s'il n'est pas toujours aussi bien étalonné que pour le film lui-même, est d'un niveau nettement supérieur à ce qu'on a l'habitude de voir pour ce genre de supplément.

La dernière option du menu des suppléments nous permet de voir la bande-annonce (2:30) du film, cette fois-ci dans un transfert 4:3 letterbox (avec des bandes noires) standard.



Conclusion
Si cette édition est loin d'égaler le superbe coffre "Collector" disponible en France, il s'agit tout de même d'un film qu'il serait très dommage de rater, car il est absolument magnifique. Malgré ses défauts, le transfert vidéo permet de profiter de la beauté des images, et la bande-son est de très belle facturre. La présence d'une version française en 5.1 et de sous-titres sur tous les suppléments (heureusement pour les non-sinophones) contribuent à faire de cette édition un achat tout à fait recommandable.


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
4,4/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2006-04-17

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Panasonic PT-L500U, écran 92'' fait maison screen Goo, Lecteur DVD LG DV7832NXC (sortie composantes 1080i), HTPC (Athlon64 3000+, Radeon 9600 pro, connectique DVI, M-Audio Revolution 7.1, WinDVD, Media Portal), Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8), câbles Acoustic Research

Le film

Titre original:
2046

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
129 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Films Séville

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Mandarin Dolby Digital 5.1
Mandarin Dolby 2.0 stéréo
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français

Suppéments:
Documentaire sur le tournage, scènes inédites et bande-annonce

Date de parution:
2005-12-27

Si vous avez aimé...