Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Billy Elliot

Critique
Synopsis/présentation
D'origine britannique, Billy Elliot constitue l'exemple parfait du film auquel on peut rattacher le qualificatif de "sleeper", c'est-à-dire un film définit au départ comme secondaire et dont l'attention médiatique favorable le propulsa parmi les meilleurs films de l'année. En plus d'avoir généré des recettes équivalentes au quintuple de son budget de production, Billy Elliot récolta également des nombreux prix prestigieux, dont le BAFTA du British Academy of Film and Television pour la meilleure performance d'un acteur (Jamie Bell) dans un rôle principal. Le film fut également en lice au sein de trois catégories à la 73e cérémonie des Oscars (dont celle de la meilleure réalisation), ainsi qu'aux Césars 2001, cette fois-ci étant mis en nomination pour le meilleur film étranger.
Se déroulant au milieu des années 80 dans l'atmosphère froide d'une ville minière, ce film raconte la vie difficile du jeune Billy Elliot (Jamie Bell) qui rêve de devenir un danseur de ballet. Son père rigide l'ayant inscrit initialement à des cours de boxe, Billy troquera discrètement ces gants pour des souliers de ballet et joindra les cours de danse de Mrs. Wilkinson (Julie Walters). Voyant l'immense talent du jeune garçon, Mrs. Wilkinson lui donnera des leçons privées. Cette passion qu'entretient le jeune Billy à un prix; l'opprobe familiale. Billy Elliot devra donc user de persévérance s'il veut convaincre un père fermé d'esprit d'accepter ses ambitions artistiques.
Cette lutte entre la passion du jeune Billy pour le ballet et le contexte familial ouvrier l'ayant prédestiné, en tant qu'homme, au travail manuel, constitue le coeur du film. Ce dilemme classique n'est pas sans rappeler l'excellent October Sky de Joe Johnston. Les deux films ont un fil conducteur semblable dont trois grands points communs méritent d'être soulignés: une atmosphère économique difficile, des personnages attachants et la quête ardue du héros auquelle s'identifie le spectateur. Cependant, Billy Elliot ne doit point être perçu comme un film réchauffé au goût mélo-dramatique; son humour subtil, son regard rafraîchissant sur l'adolescence ainsi que son environnement musical sauront vous prouver le contraire. Même les auditeurs moins enclins aux chorégraphies artistiques de ballet ne pourront qu'être émerveiller par les talents incontestables du jeune danseur Jamie Bell.
Billy Elliot se veut donc un film touchant, mêlant habillement drame, comédie, espoir, rêve et surtout, persévérance.


Image
Billy Elliot est présenté en format original 1.85:1 et d'après un transfert anamorphique. Les qualités visuelles de l'image sont typiques de la qualité des plus récentes productions proposé en format DVD.
Bien peu de points négatifs ne peuvent être relevés de ce transfert de qualité, à l'exception près d'un fourmillement excessif dans les scènes les plus lumineuses. Ceci dit, l'image offre des couleurs justement rendues et exemptes de sursaturation. Les noirs demeurent en tout temps solides et les dégradés ont tout l'étalement voulu. L'image présente un contraste juste, ainsi qu'une luminosité constante.
On ne remarque aucune sur-définition des contours ou parasites visuels (points blancs, rayures, etc.).


Son
La bande sonore principale (anglaise) de Billy Elliot est proposée en format Dolby Digital 5.1. D'office, soulignons qu'il s'agit d'un anglais de la Grande-Bretagne dont l'accent est très prononcé. Pour ceux plus habitués à l'accent américain, la compréhension de certains dialogues peut devenir ardue. Universal offre heureusement des sous-titres anglais.
Pour en revenir avec la bande principale, cette dernière possède toutes les qualités auxquelles nous sommes en droit de nous attendre. Les dialogues sont bien rendus, de même que les nombreux accompagnements musicaux. L'usage des canaux arrières, quoique relativement peu fréquent, amplifie les effets musicaux. On note à quelques moments une utilisation discrète des canaux arrières.
Les basses sont bien définies, tout comme le registre des fréquences supérieures. Aucun artéfact sonore ne vient assombrir l'écoute de cette bande. Une bande de qualité bien adaptée à l'esprit dramatique du film.
Tel que mentionné ci-haut, Billy Elliot offre également une bande sonore française, ainsi que des sous-titres anglais. À propos de ces derniers, Universal aurait tout intérêt à réduire la taille de ces sous-titres, et ce pour tous les DVD de sa collection. L'emplacement de ceux-ci serait également à repenser; certains passages positionnent les sous-titres quasiment à la moitié de l'écran. Des sous-titres plus discrets et un peu moins envahissants seraient beaucoup plus adéquats.


Suppléments/menus
Quoique maigres, les suppléments présents au sein de cette édition de Billy Elliot sont néanmoins dignes de mention. Le plus important de ceux-ci, le documentaire intitulé Billy Elliot: Breaking Free collige les commentaires des principaux artisans du film, dont Jamie Bell, Julie Walters et le réalisateur Stephen Daldry. Ces segments d'entrevues se voient intercalés d'extraits du film et de vidéos d'arrière-scènes, le tout d'une durée totale de près de 23 minutes. Malgré un ton visant beaucoup plus la promotion du film, ce documentaire demeure informatif et bien structuré, sans toutefois rivaliser avec les excellents travaux de Laurent Bouzereau.
Les suppléments habituelss font, encore cette fois-ci, acte de présence. Le DVD offre donc la bande-annonce du film (son Dolby Digital 5.1, image 1.85:1 non-anamorphique), des notes de production (cinq pages), ainsi que la biographie/filmographie des acteurs principaux. Le contenu DVD-ROM regroupe de cours textes sur le film (Synopsis, The Birth of Billy Elliot et Bringing Billy Elliot to Life), une section plus complète sur les travaux antérieurs des principaux collaborateurs du film, en plus d'une galerie photos. Des liens vers la bande-annonce et le documentaire sont également présentés.



Conclusion
Billy Elliot: un film touchant présenté dans une édition DVD honorable. Quoi dire de plus? Si vous avez apprécié October Sky, Billy Elliot est le film tout désigné. D'autant plus que les attraits visuels et audio du DVD ne sont point à dédaigner. Alors, qu'attendez-vous?... Bon visionnement !


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Alexandre Caron

Date de publication: 2001-04-17

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40F80, Récepteur certifié THX-Ultra, THX-EX, Dolby Digital 6.1, DTS-ES Discrete Denon AVR-4802, Lecteur DVD-Audio / DVD-Video Toshiba SD-4700, enceintes PSB et central Paradigm Reference, câbles Monster Cable (calibre 12).

Le film

Titre original:
Billy Elliot

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
111 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire (Billy Elliot: Breaking Free), bande-annonce, notes de production, partie DVD-ROM

Date de parution:
2001-04-17

Si vous avez aimé...