Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

1987

Critique
Synopsis/présentation
L’été approche. L’école secondaire s’achève. Le bal de graduation se prépare. Pour Ricardo (Jean-Carl Boucher) qui s’apprête à devenir un adulte, on n’attend qu’une seule de lui : prévoir son avenir alors qu’il n’est pas assez vieux pour être admis dans un bar. D’un côté, sa copine (Éléonore Lamothe) hésite à ce qu’ils partagent leur première relation sexuelle. De l’autre, l’adolescent mijote un projet de disco-mobile pour mineurs alors que son père (Claudio Colangelo) l’initie au milieu du travail en lui dénichant un travail de valet au restaurant Le Parmesan. Nous sommes à Québec et nous sommes en 1987.

Paru au cours saison estivale 2014, le long métrage de Ricardo Trogi a su, en des temps prétendument difficiles, renouer succès public et succès populaire en ce qui a trait au cinéma québécois. Outre le fait qu’il s’agit de la suite de 1981 (2009), que les personnages avaient été préalablement présentés et que Trogi jouit d’une belle réputation auprès du public grâce à Québec-Montréal (2002) et Horloge Biologique (2005), le succès du film pourrait certainement être en partie attribué au sentiment de nostalgie éprouvé par les spectateurs. En effet, Trogi contextualise avec beaucoup d’humour son récit d’abord grâce évidemment aux décors (l’ancien logo de Chez Ashton, par exemple) et aux costumes, mais aussi à coups de références souvent très connotées (le célèbre bar de Québec Le Dagobert ou encore l’abonnement de Ricardo à Maison Columbia).

Ce sont aussi ces personnages à la fois drôles et touchants – peut-être en raison de la dimension autobiographique du récit – qui permettent au film de dépasser le simple cadre du film « coming of age ». Benito, figure paternelle qui prêche par le (mauvais) exemple, et Claudette (Sandrine Bisson), cette mère hystérique, mais rassembleuse, ressortent du lot justement parce qu’ils rappellent à la fois les nôtres et aussi parce que Trogi et les acteurs leur insufflent suffisamment de charisme et de panache pour les rendre instantanément mémorables.

Sinon, le cinéaste propose un long métrage où le spectateur se reconnait facilement à travers les différentes expériences de vie de ce jeune homme. 1987 aborde avec sensibilité des thèmes comme l’amitié, les premières relations amoureuses, mais aussi le passage à la vie adulte et les relations familiales, des thèmes qui sont, au final, plutôt universels.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2:35:1 à une résolution de 1080p.

La définition générale de l’image est pour le moins excellent. Les détails et les textures sont reproduits avec finesse. Le rendu des couleurs est irréprochable reproduisant ces dernières avec richesse et précision. Les tons de peaux demeurent naturels. En ce qui concerne les effets de surbrillance, ils sont généralement évités grâce à des contrastes parfaitement gérés. Les parties sombres (nous penserons tout de suite aux séquences se déroulant la nuit dans les rues du Vieux-Québec, entre autres) sont superbement reproduites gracieuseté de dégradés fluides et précis ainsi que de noirs purs et profonds.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Nous retrouvons une bande-son au format DTS-HD Master Audio 5.1 en version originale française.

Évoluant plutôt en retrait et axé principalement sur les dialogues (et la voix-off de Trogi lui-même qui agit en tant que narrateur du récit) – qui sont constamment et parfaitement intelligibles – le mixage fait néanmoins preuve de présence et d’un certain dynamisme. La majorité des éléments sonores sont déployés à travers les ouvertures frontale et latérale tandis que les enceintes arrière appuient subtilement les ambiances. Quelques effets d’ambiophonie sont perceptibles ici et là et sont relativement réussis. La trame sonore profite d’un support intense et profond des basses fréquences. Le canal d’extrêmes graves se fait toutefois beaucoup plus discret.

Des sous-titres anglais et français sont disponibles.


Suppléments/menus
Nous retrouvons en guise de suppléments un bêtisier (03:29) et deux galeries de photos.



Conclusion
Comédie québécoise la plus lucrative de l'année, mais aussi la plus pertinente de l'année, 1987 permet au spectateur de renouer avec les attachants personnages du film précédent ainsi qu'avec le talent indéniable du cinéaste Ricardo Trogi.

Le transfert vidéo et le mixage offerts sur cette édition reproduisent avec fidélité les intentions du cinéaste ainsi que l'univers sonore du film. On regrettera cependant les brefs et dispensables suppléments sur cette édition néanmoins excellente d'un point de vue technique.


Qualité vidéo:
4,4/5

Qualité audio:
4,1/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,6/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2015-01-03

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
1987

Année de sortie:
2014

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
BD-50

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française DTS HD Master Audio 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Prises ratées et galeries d'images (2)

Date de parution:
2014-12-02

Si vous avez aimé...