Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

démantèlement, Le

Critique
Synopsis/présentation
Après une entrée fracassante dans le paysage du cinéma québécois avec Le vendeur (2011), Sébastien Pilote nous revient avec une deuxième œuvre encore plus forte. Présenté au Festival de Cannes en 2013 dans le cadre de la « Semaine de la Critique » où il a remporté le prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques), Le démantèlement renoue avec les paysages fétiches du cinéaste, ceux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un vendeur de voitures, mais de Gaby (Gabriel Arcand) qui vit seul sur sa ferme depuis que ses deux filles, Marie (Lucie Laurier) et Frédérique (Sophie Desmarais), ont déménagé à Montréal et que sa femme l’a quitté il y a plusieurs années. Lorsque sa fille aînée se présente sur sa terre avec ses deux enfants pour lui expliquer sa situation financière difficile (elle vient de se divorcer de son mari et elle doit rembourser une partie de la valeur de la maison), Gaby ne peut résister, il décide de démanteler sa ferme : il vend sa maison, son troupeau de moutons, sa terre ainsi que tout son équipement et ses accessoires dans le but de supporter les troubles financiers de Marie.

Outre le portrait d’une masculinité très intime et très intérieure (impeccablement rendue par le jeu en retenue de Gabriel Arcand), le film présente surtout la douloureuse thématique qui touche particulièrement les régions éloignées, c’est-à-dire la filiation. Devant le triste constat que ses deux filles préfèrent un avenir en ville (l’une auprès de ses enfants, l’autre étudiante en théâtre et comédienne) plutôt que l’héritage qu’il leur propose, Gaby se voit devant le cruel cul-de-sac que représente la pérennité de sa ferme. L’exil de sa progéniture est ainsi présenté comme un conflit à la fois idéologique, mais aussi économique. Comme on nous l’apprend durant le film, les revenus du fermier assurent tout juste sa subsistance.

Si le personnage de Marie se montre sans scrupule et manipulateur, celui de Frédérique dévoile une sensibilité et une empathie étonnante. Homme de peu de mots, Gaby va s’ouvrir à elle et exprimer ses démons, soit de voir son rêve, celui de voir grandir ses enfants et ses petits-enfants, disparaître devant le désir de ses deux filles de convoiter une toute autre vie pour elles. Mais aussi en démantelant sa ferme, Gaby s’assure une consolation : celle de savoir que le bonheur de ses filles demeure, malgré les avertissements de son ami (hilarant Gilles Renaud) qui voit d’un œil très désapprobateur le déménagement de Gaby dans un petit appartement au cœur du village.

Le démantèlement n’est pas un film aux nombreux revirements dramatiques. C’est une œuvre qui dévoile son charme et surtout son énorme cœur en subtilité et en finesse. Il profite des somptueux paysages du Saguenay-Lac-Saint-Jean en plus d’offrir un panorama juste, mais non accusateur sur une réalité qu’affrontent plusieurs habitants des régions. Moins politique, donc, que Le vendeur, mais tout aussi engagé et beaucoup plus humain, le long-métrage de Sébastien Pilote touche, dérange et, lors de son ultime plan, laisse une étrange sensation mélancolique.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.35:1 à une résolution de 1080p.

Supervisé et approuvé par le directeur photo Michel La Veaux, le transfert vidéo est ici excellent. La reproduction des conditions cinéma est admirable; le grain cinématographique est charmeur et les détails et textures font preuve de finesse et de précision. Le rendu des couleurs est somptueux. Les paysages de la campagne saguenéenne sont magnifiquement reproduits grâce à un étalonnement des couleurs juste et riche. Les tons de peaux demeurent naturels tandis que les contrastes sont impeccablement gérés. Les effets de surbrillances sont ainsi évités. Les parties sombres sont superbement reproduites grâce à des dégradés fluides ainsi qu’à des noirs purs et intenses. Vraiment, un travail pratiquement irréprochable.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Une seule bande-son au format DTS-HD Master Audio 5.1 en version originale française est offerte.

Puisque l’univers sonore du film se développe en retrait, le mixage DTS-HD travaille en subtilité plutôt que de vouloir épater avec des prouesses sonores. Les ouvertures frontale et latérale laissent entendre la majorité des éléments sonores tandis que les enceintes arrière appuient solidement les ambiances assurant une plus intense immersion lors du visionnement. Étonnamment, quelques effets d’ambiophonie réussis (par exemple, les rumeurs de ville, les sons que produisent les outils de la ferme, etc.) contribuent à cette expérience. Les dialogues, élément prédominant du mixage, demeurent constamment et parfaitement intelligibles tandis que la trame sonore s’intègre superbement au mixage. Les graves se manifestent à quelques occasions avec la profondeur et l’intensité appropriées alors que la sollicitation du canal d’extrêmes graves est négligeable.

Des sous-titres français et anglais sont disponibles.


Suppléments/menus
On ne retrouve malheureusement aucun supplément sur cette édition.



Conclusion
Si Le vendeur (2011) avait assuré une place de choix dans la cinématographie québécoise pour le réalisateur Sébastien Pilote, Le démantèlement confirme et consacre son talent pour les portraits masculins sensibles, mais aussi pour les radiographies tout en finesse de la réalité des régions éloignées. Profitant d’une distribution irréprochable (Gabriel Arcand en tête), ce deuxième long-métrage est à la fois plus tendre, mais aussi plus cruel.

L’édition est techniquement excellente. Le transfert vidéo supervisé par le directeur de la photographie Michel La Veaux est d’une rare beauté et reproduit avec charme et justesse les conditions cinéma tandis que le mixage DTS-HD bien que limité par le genre de film présenté ici développe sa finesse et sa subtilité de façon élégante.

On regrettera cependant l’absence totale de suppléments à se mettre sous la dent…


Qualité vidéo:
4,7/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2014-03-12

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
démantèlement, Le

Année de sortie:
2013

Pays:

Genre:

Durée:
112 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
Blu-ray

Nombre de disque:
1 BD-50

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
-

Bande(s)-son:
Française DTS HD Master Audio 5.1

Sous-titres:
Français
Anglais

Suppéments:
-

Date de parution:
2014-03-04

Si vous avez aimé...