Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

tribulations d'une caissière, Les

Critique
Synopsis/présentation
Adapté de l’ouvrage éponyme d’Anna Sam, best-seller publié en 2008, Les tribulations d’une caissière relate les tourments de Solweig (Deborah François) une jeune préposé à la caisse. Secrètement auteure d’un blog où elle se défoule de ses mauvaises journées à coups de commentaires salvateurs, la jeune femme doit assurer la garde de son jeune frère en travaillant au supermarché. Lors d’un curieux concours de circonstances, elle fait la rencontre de Charles (Nicolas Giraud) jeune fils de riche qui tombe éperdument amoureux d’elle. Solweig décide de ne rien lui révéler de sa vie professionnelle.



Voilà l’exemple parfait d’une adaptation qui trahit cruellement l’esprit de l’œuvre originale pour des fins mercantiles. Le roman d’Anna Sam, sans en être véritablement un, était divisé en une quinzaine de chapitres revisitant quelques anecdotes de l’expérience de caissière de l’auteure. Sarcastiques, cyniques et toujours ludiques, les observations de Sam faisaient sourire le lecteur et s’esclaffer celui qui pouvait avoir partagé la même expérience. Ici, presque tout est évaporé au profit d’une romance impossible conçue expressément pour faire rêver les jeunes adolescentes, public clairement et curieusement visé dans le cas présent.



Il ne reste donc des écrits de l’auteure que quelques répliques, quelques situations servant à brosser très sommairement la toile de fond du film. Car ce que tente de nous montrer le réalisateur Pierre Rambaldi (qui en est ici à son premier long-métrage), c’est le misérabilisme engendré par l’écart entre les riches et les pauvres. Dans un contexte pourtant bien réel, la romance bleue entre Solweig et Charles ne présentera pourtant jamais les difficultés rencontrées par un tel système.



Les tribulations d’une caissière est une vulgaire comédie romantique sans saveur où le matériel original est malencontreusement dilué dans une histoire d’amour à faire fantasmer les jeunes adolescentes. Alors que le roman d’Anna Sam redonnait sa noblesse à la caissière, le film de Pierre Rambaldi discrimine le métier, exposant son misérabilisme et son manque d’ambition.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.35:1 d’après un transfert 16:9.

La définition générale de l’image est correcte. Le rendu des détails et des textures manque un peu de finesse, mais cela est dû en grande partie à un problème numérique qui laisse voir des signes de compression évidents et dérangeants (fourmillement, etc.). Sinon, les couleurs sont riches et précises et les tons de peaux demeurent naturels. Les effets de surbrillance sont évités. Les dégradés sont fluides et plutôt précis. Encore là, il s’agit d’un problème numérique avant toute chose.

Des noirs purs et profonds complètent ce transfert quelque peu problématique.


Son
Deux bandes son sont offertes sur cette édition : Dolby Digital 5.1 et Dolby Surround 2.0 en version originale française.

Axé principalement sur les dialogues, le mixage 5.1 est plutôt discret. Néanmoins, et sans véritable éclat, la bande son profite du potentiel multicanal et une profondeur certaine est apportée par les enceintes arrière. Sinon, la majorité des éléments sonores est perceptible via les ouvertures frontale et latérale qui, elles, demeurent nettes. Les dialogues sont constamment et parfaitement intelligibles alors que la charmante trame sonore du film s’intègre parfaitement au mixage. Les basses fréquences grondent discrètement à quelques occasions alors que l’emploi des extrêmes se veut encore plus rare.

Il n’y a aucune option de sous-titrage.


Suppléments/menus
La bande-annonce du film est disponible en guise de supplément.



Conclusion
Comédie romantique banale et inoffensive, Les tribulations d’une caissière trahit cruellement l’ouvrage d’Anna Sam duquel il s’inspire pour offrir un produit aseptisé sans intérêt. La maladroite critique du système des classes que tente de dépeindre le film est même camouflée par les intentions mercantiles évidentes de la production.

L’édition est techniquement fonctionnelle. Le transfert vidéo affiche plusieurs signes de compression dérangeants et nuisent à la définition de l’image tandis que le mixage 5.1 répond à l’univers sonore du film, sans plus. L’absence de suppléments est également fort dommage. Il ne reste que l’œuvre comme motivation de l’achat, raison discutable il faut bien l’avouer.


Qualité vidéo:
2,8/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
2,5/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2013-06-09

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
tribulations d'une caissière, Les

Année de sortie:
2011

Pays:

Genre:

Durée:
102 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Distribution Sélect

Produit:
DVD

Nombre de disque:

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:

Suppéments:
Bande-annonce

Date de parution:
2013-04-09

Si vous avez aimé...