Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Heureux Evenement, Un

Critique
Synopsis/présentation
En ce qui à trait à la question de la maternité, la comédie hollywoodienne a souvent préféré une approche « pro-vie ». Non seulement des films au succès populaire comme Knocked Up et Juno se distinguent par la simplicité de leur propos, mais aussi par le choix de ne pas aborder l’idée de l’avortement comme option. Le cas d’Un heureux événement réalisé par le cinéaste français Rémi Bezançon nous intéresse ici parce qu’il emprunte à la fois l’approche plus hollywoodienne de la comédie et parce qu’il casse nettement avec cette tradition de films plus conservateurs.

Fort de son succès critique et populaire avec Le plus jour du reste de ta vie, le réalisateur français ne s’éloigne pas trop de son juste amalgame entre drame et comédie qu’il exprimait avec aisance et confiance dans son précédent film. Un heureux événement, adapté d’un roman d’Eliette Abeccasis, expose de manière définitive la maîtrise éloquente du cinéaste pour jongler entre le grave et le lourd. En s’attardant ainsi aux angoisses, aux peurs, mais aussi à la détresse d’une jeune mère, le film, sans être le premier, propose une vision plus « réaliste » de la maternité.

Mais l’œuvre c’est d’abord et avant tout l’histoire d’amour composée de Barbara (Louise Bourgoin) et Nicolas (Pio Marmaï) qui se font la cour à partir de pochettes DVD (amusant tour de mise en scène). À partir de là, tout s’enclenche : les premiers « je t’aime », les projets, et enfin cette idée que l’héroïne trouve folle, faire un enfant, Léa. Vomissements, corps qui se transforme, hormones dans le tapis sont tous des changements au service d’inquiétudes plus profondes qui feront surface à la suite de l’accouchement.

Un heureux évènement c’est l’envers de cette médaille d’abord scintillante. Sans jamais poser un regard accusateur, le film remet en question à travers le personnage de Barbara l’épanouissement et la gratification que permettent la maternité et qui sont depuis toujours valorisés dans la culture populaire. La deuxième partie de l’œuvre beaucoup plus lourde dans le ton expose clairement cette douloureuse épreuve en présentant la fatigue et l’épuisement plutôt que l’absence d’amour ou d’instinct maternel de Barbara. Le film prend aussi le courageux pari de ne pas condamner le père moderne en juxtaposant Nicolas et Armand le père absent de Barbara.

La mise en scène de Bezançon demeure constamment au service de son histoire. Épousant le ton comique et plus léger dans la première partie, la caméra manifeste ainsi le bonheur promis et tant chéri par les deux amoureux. La deuxième partie plus grave et sombre (même la lumière du soleil se fait plus discrète dans l’appartement de Nicolas et Barbara) présente aussi habilement le gouffre qui menace la jeune famille et surtout la jeune mère.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.35:1 d’après un transfert 16:9.

La définition générale de l’image est excellente. Le transfert affiche un grain cinématographique assez prononcé et plutôt séduisant pour l’œil. L’image affiche malgré tout un bon niveau de précision dans le rendu des textures et des détails. Les couleurs sont reproduites avec richesse alors que le contraste est bien géré évitant tout effet de surbrillance. Les dégradés sont fluides et précis alors que les noirs font preuve de pureté et d’intensité. Cela nous donne droit à de superbes parties sombres.

La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.


Son
Une seule bande son au format Dolby Digital 5.1 en version originale française est disponible.

Bien loin des prouesses des grands studios hollywoodiens, le film profite néanmoins ici du mixage 5.1. Faisant preuve d’un dynamisme adéquat et d’une belle immersion, la bande-son profite d’un environnement sonore bien déployé. Les ouvertures frontale et latérale font entendre la grande majorité des éléments sonores alors que les enceintes arrière appuient les ambiances. Les dialogues, élément prédominant de ce mixage, sont impeccablement reproduits alors que la trame sonore signée par Sinclair est intégrée avec efficacité au mixage. Les basses fréquences sont sollicitées à quelques occasions (on pensera notamment à la séquence où Barbara rêve qu’elle est emprisonnée sous l’eau) et elles grondent avec l’efficacité et à la profondeur adéquate. Quant au canal d’extrêmes-graves, son emploi est beaucoup plus anecdotique.

Des sous-titres français et anglais sont disponibles.


Suppléments/menus
Aucun supplément n’est offert sur cette édition.



Conclusion
Portrait à la fois tendre et sombre d’une jeune mère promise à un autre destin, Un heureux événement expose le talent confirmé du réalisateur Rémi Bezançon pour le « feel-good movie ». En plus de son approche grand public bien maîtrisée, le long-métrage réussit à présenter et à questionner une facette de la maternité que l’on voit moins souvent dans les comédies au cinéma.

L’édition est techniquement de nonne facture. Il y a peu à reprocher au transfert vidéo qui affiche un grain cinématographique séduisant et au mixage 5.1 qui reproduit fidèlement l’univers plus discret du film. L’absence de suppléments est ici dommage alors que plusieurs étapes de la production auraient été intéressantes à aborder (la préparation du rôle de Louise Bourgoin, notamment). L’œuvre doit donc être la seule et unique motivation de cet achat.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2012-09-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Heureux Evenement, Un

Année de sortie:
2011

Pays:

Genre:

Durée:
109 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français
Anglais

Suppéments:
-

Date de parution:
2012-07-10

Si vous avez aimé...