Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Nuit #1

Critique
Synopsis/présentation
Premier long-métrage d’une jeune cinéaste très prometteuse, Nuit #1 d’Anne Émond nous arrive en format DVD avec un beau rayonnement à l’échelle nationale, notamment avec quelques mentions au Festival du film de Toronto (Meilleur premier film canadien), au Festival du film de Vancouver (meilleur film canadien), au Festival du Nouveau-Cinéma (Prix de l’Innovation) ainsi qu’un Prix Claude Jutra (meilleur premier film). Du point de vue international, l’œuvre s’est vue remettre le Grand Prix du Jury au Festival de Tübingen en Allemagne ainsi que le Prix de la Meilleure Actrice au Festival de Pau en France.

Le film d’Anne Émond est en quelque sorte l’antithèse de la comédie romantique hollywoodienne. Lorsque les deux personnages que l’œuvre met en scène, Clara (Catherine DeLéan) et Nikolaï (Dimitri Storoge), se rencontrent, c’est une baise qui les réunit. Puis, étrangement, inexplicablement, lorsque vient le temps de partir, Nikolaï retient Clara. Les deux passeront la nuit à échanger sur leurs craintes, leur vie, leur malheur.

Empruntant clairement une mise en scène très théâtrale (huit clos, le film est divisé en trois parties, les nombreux dialogues/monologues), Nuit #1 propose un portrait d’une génération bien particulière, celle des jeunes trentenaires. Au travers de dialogues parfois durs, parfois beaux, on devine que ces deux jeunes gens sont habités par un mal de vivre qui dépasse parfois l’imaginable. L’œuvre d’Anne Émond parvient à ne pas sombrer complètement dans la noirceur de la relation ambiguë qui règne entre les deux personnages. En effet malgré la détresse, le désespoir et le malheur qui les habitent, Clara et Nikolaï sont deux êtres qui, dans leurs confidences, réussissent à se faire un peu de bien. Et c’est cet inexplicable désir et cette étrange capacité à trouver le réconfort nécessaire dans l’autre qui rend la rencontre d’une nuit entre ces deux personnages si intéressante.

Car c’est bien ce que le film d’Anne Émond veut raconter, la désillusion d’une génération de jeunes adultes qui est en perte de ses repères. À travers les confidences de deux personnages qui feront l’amour avant de discuter, plutôt que l’inverse, l’œuvre est loin d’être un conte de fées. Pourtant, après la noirceur de la nuit finit toujours par apparaître l’aube. Du moins c’est ce que laisse sous-entendre la finale lumineuse, teintée d’espoir.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 1:37:1 (format académique). Le transfert appuie ici la notion d’enfermement que propose le huit-clos à travers même son format.

La définition générale de l’image est très bonne. Les détails et les textures sont reproduits avec précision alors que les couleurs semblent sont étalonnées. Même si ces dernières demeurent dans des tons sombres et froids, elles sont impeccablement reproduites. Les contrastes sont bien gérés alors que les parties sombres (très nombreuses) montrent un niveau de détail acceptable. Nous saluerons les dégradés précis et les noirs purs et profonds.

Le seul véritable problème de ce transfert (et il est malheureusement de taille) est lié aux signes de compression qui sont très évidents lors du visionnement. C’est particulièrement le cas lors de séquences plus lumineuses (par exemple dans la salle de bain) et lorsque la caméra ou les personnages sont en mouvement.


Son
Une seule bande son est disponible sur cette édition au format Dolby Digital 5.1 en version originale française.

Principalement composé de dialogues, le mixage profite néanmoins dès les premières minutes du film d’une solide présence et d’un dynamisme fort intéressant. Se déroulant dans une rave, la séquence d’ouverture permet d’apprécier l’appui des basses fréquences qui grondent profondément et intensément de même que la profondeur que permet le mixage multicanaux.

Pour le reste du film, les basses se feront beaucoup discrètes alors que le mixage s’élaborera dans la subtilité. Les ouverture frontale et latérale laissent entendre la majorité des éléments sonores (ici les dialogues) alors que les enceintes arrière agiront très subtilement pour appuyer les ambiances. L’immersion que procure le mixage 5.1 se fera surtout sentir lors de quelques séquences extérieures dont une sous la pluie. Inutile de mentionner que les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles et que le canal d’extrêmes grave est employé de façon complètement anecdotique.

Il y a option de sous-titrage en anglais.


Suppléments/menus
Nous retrouvons comme supplément le court-métrage de Anne Émond intitulé Sophie Lavoie (8 :52). Très intéressant court-métrage puisqu’il met en scène encore une fois Catherine DeLéan, mais aussi parce qu’à quelques différences près, cette Sophie Lavoie pourrait être la Clara de Nuit #1.



Conclusion
Premier film très prometteur, Nuit #1 d’Anne Émond effectue la radiographie très dure d’une génération bien précise. L’œuvre de la jeune réalisatrice se distingue également par une mise en scène plus théâtrale que ce à quoi le cinéma québécois actuel nous a habitué, privilégiant les dialogues (voire des monologues). Il en résulte une œuvre singulière, habitée par un pessimisme qui pourraient en refroidir certains. Pourtant, il s’agit d’une proposition de cinéma très intéressante et différente et ne serait-ce que pour cette raison, Nuit #1 mérite toutes ses éloges.

Le transfert vidéo est décevant dans sa partie numérique. En effet, des signes de compression très évidents viennent nuire au visionnement. Mais le mixage 5.1 compense quelque peu par son étonnant dynamisme. Le court-métrage d’Anne Émond, Sophie Lavoie, est une belle surprise et sa présence est très appréciée.


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,3/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2012-04-18

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Nuit #1

Année de sortie:
2011

Pays:

Genre:

Durée:
91 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
K.Films Amérique

Produit:
DVD

Nombre de disque:

Format d'image:
1.37:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Court-métrage Sophie Lavoie de Anne Émond

Date de parution:
2012-03-20

Si vous avez aimé...