Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Gamin au vélo, Le

Critique
Synopsis/présentation
Encore une fois, comme c’est le cas avec quasiment chacun de leur film, les cinéastes Jean-Pierre et Luc Dardenne nous reviennent avec un nouveau long-métrage primé à Cannes. Grands favoris de la croisette, cette fois-ci les deux frères ont eu la chance de récolter le Grand Prix grâce à Le gamin au vélo nouvelle œuvre cohérente, chaleureuse qui devrait bousculer (un peu) l’univers cinématographique qu’on mis en place les deux cinéastes belges.

Le personnage au cœur de ce film, c’est Cyril un jeune de 12 ans qui est placé dans un centre pour enfants par son père qui ne veut plus s’occuper de lui. Obstiné, têtu, violent et nerveux, le jeune homme refuse l’idée que son père pourrait l’avoir abandonné. Ses troubles de comportements, ses crises de colère et sa désobéissance continuelle l’entraînent souvent dans les pires situations. Mais Cyril c’est aussi à quelques différences près l’Igor de La promesse et le Bruno dans L’enfant. Un jeune homme torturé, égoïste, capable du bon mais surtout du pire. D’ailleurs, Jérémie Rénier, acteur emblématique du cinéma des Dardenne, poursuit ici son cycle en incarnant le père ingrat et irresponsable de l’enfant, perpétuant ainsi cette figure qu’il a incarnée dans La promesse et L’enfant.

Pourtant si plusieurs éléments de mise en scène pointent vers une cohérence parfaite avec les œuvres précédentes des frères Dardenne, Le gamin au vélo s’inscrit bel et bien dans une nouvelle « tendance » dans le cinéma des deux frères déjà amorcée avec Le silence de Lorna qui rompait abruptement avec la tradition « dardennienne ». La caméra des Dardenne continue d’épouser le corps de son principal protagoniste. L’introduction rappelle d’ailleurs beaucoup celle de Le fils. C’est plutôt dans la symbolique (très appuyée) que le film se détache du reste de l’œuvre des Dardenne. En effet, les personnages (particulièrement Cyril) ne s’expriment plus qu’avec leur corps. Un peu comme si la caméra n’était plus un dispositif assez puissant pour capter la colère et la tristesse du jeune homme. Non, il semble qu’il faut plutôt passer par d’évidentes et grossières métaphores pour les exprimer. Un robinet qui coule devient ainsi un moyen de faire pleurer le garçon, une amitié avec un voyou devient la manifestation d’un besoin de figure paternel et une chute du haut d’un arbre le moyen de résumer le périple du petit Cyril.

Au-delà de tous ces travers, Cyril peut compter sur Samantha, figure lumineuse de bonté et de gentillesse (assurément la première à y jouer un rôle aussi important). Son amour inconditionnel en fait peut-être une alternative facile et stéréotypée, mais nécessaire. Elle est non seulement l’espoir d’un monde meilleur pour le jeune garçon, mais aussi le signe d’un avenir positif et heureux, une première dans le cinéma des Dardienne. Si dans les œuvres précédentes c’était davantage suggéré, ici il n’y a aucune ambiguïté par rapport à l’optimisme dont fait preuve le film. Rien que pour cela, Le gamin au vélo incarne cette possibilité de renouveau.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.85:1 d’après un transfert 16:9.

Le transfert est tout à fait admirable. Le matériel source est proposé dans un état impeccable puisque hormis un subtil grain cinématographique aucune anomalie n’est perceptible. L’image affiche donc une netteté en conséquence et les détails et les textures sont reproduits avec finesse et clarté. Les couleurs sont reproduites avec richesse, précision et naturalité. Les contrastes sont parfaitement gérés alors que les dégradés sont fluides et précis générant ainsi des parties sombres très satisfaisantes. Ce sont des noirs purs et profonds qui complètent ce très beau transfert.

La partie numérique se sauve, règle générale, de toute anomalie majeure.


Son
Seule une bande son française au format Dolby Digital 5.1 est offerte sur cette édition.

Étant donné le genre de film présenté ici, le mixage 5.1 est tout à fait adéquat. Son dynamisme sans être éclatant est tout à fait approprié. Si le mixage multicanaux n’était pas une nécessité de par le fait que les ouverture frontale et latérale laissent entendre la quasi totalité des éléments sonores, l’emploi des enceintes arrière pour mieux appuyer les ambiances optimise certainement et subtilement l’immersion lors du visionnement. Les dialogues, eux, demeurent constamment et parfaitement intelligibles alors que la trame sonore (une première chez les Dardenne; un morceau composé de cordes répété à trois reprises durant le film) s’intègre superbement au mixage. Par contre, l’emploi des basses fréquences (grondant avec subtilité) et des extrêmes graves est complètement anecdotique.

Des sous-titres anglais et français sont disponibles.


Suppléments/menus
On ne retrouve aucun supplément sur cette édition.



Conclusion
Tout en entrant en parfaite cohérence avec l’univers dardennien par ses thématiques et ses personnages, Le gamin au vélo annonce aussi fermement un tournant dans le cinéma des deux cinéastes belges. En plus de délaisser quelques procédés de mise en scène, les frères Dardenne proposent à travers le personnage de Samantha (incarné par Cécile de France) leur première véritable figure lumineuse et d’espoir, indice, nous l’espérons, d’un renouveau de leur cinéma.

L’édition répond techniquement très bien au type de film présenté. Le transfert vidéo est de bonne qualité et le mixage 5.1 reproduit fidèlement l’univers sonore subtil du film à défaut d’épater la galerie. Le seul regret est naturellement l’absence de suppléments. L’œuvre devra donc demeurer la seule et unique motivation de cet achat.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2012-03-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur LG 37LG30, Lecteur Blu-Ray Sony (BDPS350), Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Gamin au vélo, Le

Année de sortie:
2011

Pays:

Genre:

Durée:
87 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
E one Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
-

Date de parution:
2012-02-28

Si vous avez aimé...