Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Tess (Classic DVD and Book Collection)

Critique
Synopsis/présentation
A la fin du XIXe siècle, un fermier anglais, Mr Durbeyfield (John Collin), ayant decouvert ses anciennes origines nobles ne supporte plus sa triste condition actuelle due à l'extinction de sa lignée familiale. Il envoie aussitôt sa fille Tess (Nastassja Kinski) dans une famille bourgeoise qui a recupéré le titre nobiliaire d'Ubervilles. Tess est séduite puis abandonnée par son "cousin", Sir Alec d'Ubervilles (Leigh Lawson), qui a en fait littéralement acheté le nom de d'Ubervilles. Heureusement, à travers ces turpitudes, Tess comprend le jeu pervers d'illusions et de faux dans lequel elle vit, et finit par trouver, perdre, puis retrouver son véritable amour, Angel (Peter Firth).


Image
L'image est présentée au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

La défintion générale est décevante car si elle se révèle d'un bon niveau dans les scènes intérieures, elle peut devenir catastrophique sur les extérieurs. L'interpositif n'a visiblement pas été nettoyé et il reste une quantité non négligeable de points et traits qui ne sont toutefois jamais vraiment gênants (en comparaison avec les autres défauts). Un grain notable est également présent lors de nombreuses scènes. Les couleurs sont les mieux lotties de ce transfert et dans l'ensemble, leur rendu est correct, certes un peu passé mais naturel, constant et correctement saturé. Le contraste est lui plutôt correctement géré, évitant toutes les brillances et permettant un bon rendu des scènes intérieures. Les scènes sombres sont plutôt bien rendues grâce au contraste et à une profondeur des noirs assez surprenante (même si leur pureté laisse parfois à désirer).

Là où le bât blesse vraiment, c'est au niveau de la partie numérique. En effet, mettre sur un seul DVD un film de 174 minutes suivi de 70 minutes de documentaires plus des bandes-annonces relève de l'impossible. En effet, de nos jours, la production d'un second DVD sur une édition est devenu d'un coup tout à fait raisonnable. Pour conséquence, le rendu du film est un festival de problèmes de compression quasi permanents, de fourmillements présents dans les nombreuses scènes incluant du brouillard (les rendant pénibles à regarder) mais enfin et surtout, d'une surdéfinition des contours incessante. Un tel ensemble de défauts liés uniquement à des problèmes d'ordre numérique ne s'est plus vu depuis plusieurs années et il est dommage que cela soit un grand film comme Tess qui en pâtisse.



Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Anglais (Dolby Digital 2.0 Dolby Surround).
Sa dynamique peut s'avérer parfois surprenante mais se montre d'une moyenne acceptable sur la durée. Sa présence et sa spatialité sont également tout à fait satisfaisantes pour un mixage en Dolby Surround de 1979. La belle musique de Philippe Sarde est correctement rendue avec toutefois des parasites et distortions dans le haut du spectre. Elle est de plus relativement mal intégrée au reste de la bande-son, ayant parfois tendance à couvrir certains effets d'ambiance ou dialogues. Les enceintes arrières sont peu utilisées et de façon parfois curieuse. En effet, c'est la musique de Philippe Sarde qui en profite le plus mais certains effets ponctuels s'avèrent réussis mais de volume trop élevé, créant un sérieux décalage avec le reste du film.

Les dialogues manquent parfois d'intelligibilité et ce à cause d'une gestion de leur volume assez anarchique et de la présence de souffle dans le haut du spectre et ce même à volume modéré. Leur aspect général manque de plus assez nettement de naturel, ce qui nuit à l'ensemble, le film étant principalement basé sur le dialogue. Les basses fréquences sont par contre elles étonnamment présentes lors de certains passages et apportent une certaine ampleur à cette bande-son qui n'exploite malheureusement jamais vraiment ce potentiel. Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français, Espagnol.

Une bande-son certes limitée par son format initial et l'absence d'un remixage, mais qui propose un résultat passable dans l'ensemble. Certes les défauts sont présents et parfois assez gênants (les voix), mais l'ensemble reste plus ou moins homogène surtout comparé à la qualité de l'image.


Suppléments/menus








Conclusion
Une édition aux qualités vidéos absolument intolérables sur un tel titre, surtout lorsque les défauts majeurs ne viennent pas du transfert mais de la partie numérique. Si le son s'en sort un peu mieux, on est loin de la qualité standard des DVD actuels.

La section supplément est absolument passionnante et qui démontre une fois de plus que des suppléments réalisés par de vrais spécialistes sont un gage de qualité.
Elle est divisée en trois parties distinctes dont on se demande clairement l'intérêt. La première est intitulée "Tess from Novel to Screen" (28m39s) et se concentre sur l'écriture du film, avec des interviews intéressantes dont celle Polanski. La seconde, "Filming Tess" (26m10s), est comme son titre l'indique consacrée au tournage du film avec de nombreuses interviews qui reviennent en détails sur le tournage du film, passionnant ! La troisième, "Tess : The Experience" (19m38s), continue avec les mêmes interviewés mais se penche cette fois sur la répercussion qu'a eu le tournage de ce film sur les carrières de chacun. Fort heureusement, une possibilité de regarder les trois documentaires à la suite sans coupure est présent car c'est ainsi qu'il doit être vu et non de façon fragmentée.

Cette édition fait partie d'une collection où le livre dont l'oeuvre est l'adaptation est proposé dans l'édition DVD. Il s'agit d'une excellente initiative et cette édition est donc agrémentée d'une édition (assez moyenne) de Tess d'Ubervilles de Thomas Hardy. Est également disponible une galerie de bandes-annonces d'oeuvres elles aussi tirées de grands classiques de la littérature et proposées dans la même collection (DVD + Livre) : Sense and Sensibility, The Remains of the Day, Little Women et Persuasion.
Un ensemble donc passionnant, agrémenté d'une copie du livre de Thomas Hardy qui permet de se replonger dans l'oeuvre littéraire initiale. Cette initiative très intelligente est malheureusement entâchée par le peu d'intérêt porté à l'aspect qualitatif de l'ensemble, surtout au niveau du DVD. Au vu de la durée des suppélements, ils auraient du être proposés sur un second DVD ce qui aurait permis à la partie vidéo de cette édition d'être moins catastrophique. Espérons que l'éditeur réctifiera le tir sur ses prochaines éditions et il est bien dommage que ce soit un grand film comme Tess qui ait du faire les frais de la politique financière de la Columbia.


Les suppléments sont vraiment de qualité mais il est à parier que leur présence sur le même disque que le film, qui dure 174 mins, est en grande partie responsable de la compression désastreuse. L'idée d'associer une grande oeuvre littéraire avec sa transposition cinématographique est absolument excellente, mais encore faut-il avoir une attitude respectueuse envers les oeuvres en question. Si l'édition du livre est sommaire, le DVD est quant à lui clairement en dessous des normes actuelles.
Cela est d'autant plus dommage que cet excellent film de Roman Polanski méritait beaucoup mieux, surtout la splendide photographie de Ghislain Cloquet et Geoffrey Unsworth. Polanski est à la fois fidèle et infidèle au roman de Hardy mais ses éventuelles modifications vont toujours dans l'intérêt de son film. Sa mise en scène ample et généreuse, mais également capable de moments très intimes, est en parfaite adéquation avec ce style et les implications du roman. La musique de Philippe Sarde est absolument splendide, en accord parfait avec les images et les sentiments, permettant au film de clairement dépasser le simple stade d'une adaptation. Et enfin il faut surtout mettre en avant l'incroyable prestation de Nastassja Kinski alors seulement âgée de 17 ans. Elle porte littéralement le film sur ses épaules et fait preuve d'une finesse de jeu epoustouflante dans un rôle pourtant très lourd et complexe pour une actrice aussi jeune.

Une oeuvre un peu méconnue dans la carrière de son célèbre réalisateur alors qu'elle se hisse pourtant sans problèmes parmis ses plus grandes réussites et s'avère être dans la droite ligne thématique de ses autres films. Alors ne vous laissez pas rebuter par la longueur du film, ni par le fait que ce soit une oeuvre "en costumes", et vous pourrez profiter d'une grande adaptation littéraire dont la modernité vous surprendra certainement et l'émotion qui s'en dégage vous étreindra à coup sur.


Qualité vidéo:
2,0/5

Qualité audio:
3,3/5

Suppléments:
4,2/5

Rapport qualité/prix:
2,9/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-10-21

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Tess

Année de sortie:
1979

Pays:

Genre:

Durée:
172 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
3 documentaires, bandes-annonce

Date de parution:
2004-09-28

Si vous avez aimé...