Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

2LDK

Critique
Synopsis/présentation
2LDK nous conte l'histoire classique mais peu réaliste de deux jeunes filles, Lana (Maho Nonami) et Nozomi (Eiko Koike), habitant le même appartement.
Les deux protagonistes ne partagent pas que leur logement mais sont aussi en concurrence pour le même rôle dans un film et pour les faveurs du même garçon.
Si, au début, leur cohabitation parait vivable au prix d'efforts de sociabilité, ces rivalités vont vite les conduire à un affrontement moral puis physique.



Image
L'image est présentée au format respecté de 1.85:1 d'après un transfert 16:9.
La définition générale est moyenne, passant de plans limites à d'autres correctes. L'interpositif est assez propre mais laisse toutefois passer beaucoup de grain qui peut s'avérer assez gênant sur de nombreuses scènes.
Les couleurs ont un aspect souvent passé mais il est difficile de dire ce qui est intentionnel et ce qui est dû à d'éventuelles faiblesses du transfert. Elles sont toutefois constantes et bien saturées. Le contraste est juste correct mais évite cependant les brillances.
Les scènes sombres du film sont passablement rendues à cause de noirs manquant de profondeur mais surtout de pureté. Le grain important reste le problème majeur du rendu des scènes sombres qui sont nombreuses dans ce film.
La partie numérique remplit correctement son office en ne générant qu'une quantité très négligeable de défauts artificiels.

Un transfert assez décevant mais étant donné le très faible budget du film, il est difficile de vraiment faire la fine bouche.



Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Japonais (Dolby Digital 2.0 stéréo).

Sa dynamique est assez limitée ce qui paraît logique vu ses conditions de production. La même remarque s'applique à sa présence et sa spatialité. La musique est correctement rendue, sans éclat toutefois. Elle est par ailleurs bien intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont parfois difficilement intelligibles (principalement les voix off) mais les parasites ou distortions sont limitées au maximum.
Les basses fréquences sont quant à elles mieux loties et apportent clairement un surplus d'assise non négligeable aux scènes les plus agitées.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais uniquement et inscrits à même le transfert. Le plus gros souci avec eux est leur lisibilité loin d'être constante sur tout le film, et pouvant donc occasionner des difficultés de compréhension.

Une bande-son assez décevante mais toutefois au niveau de la partie image.


Suppléments/menus








Conclusion
Une édition décevante aussi bien au niveau de l'image que du son, sans pour autant que l'éditeur soit réellement à mettre en cause.
La section supplément a le mérite d'exister à défaut d'être vraiment passionnante.
Est donc offert un documentaire sur le tournage du film qui est totalement standard par rapport à ce que l'on trouve régulièrement sur de nombreux titres DVD. Son aspect promotionnel est le plus évident mais il apporte quelques précisions non négligeables quant à l'appréhension du film.
Est également proposée une conférence de presse très confuse où le réalisateur explique les origines de son projet. Malheureusement, des sous-titres incrustés en Anglais et Japonais en rendent difficile la vision et les informations intéressantes sont assez difficiles à repérer car noyées sous les habituelles conventions de ce genre d'exercice.
Enfin sont disponibles 4 bande-annonces sans grand intérêt.

Un "petit" film de la nouvelle vague de réalisateurs japonais qui nous a semblé toutefois bien creux et sans grand intérêt. Les angles déformants y sont utilisés à tort et à travers sans raison apparente et la confusion qu'ils induisent, renforcée par une utilisation peu judicieuse de la voix off (pour ne pas dire caricaturale), dessert plus le film qu'autre chose en n'y apportant rien de prégnant.
Les deux actrices sont souvent très convaincantes et la progression dramatique est parfois surprenante, et c'est de ce côté-là qu'il faudra chercher un intérêt à ce film autre qu'une débauche d'effets au service d'une vacuité complaisante. L'humour tombe souvent à plat mais la radicalité de la noirceur qui imprègne ce film finalement assez vain semble son atout majeur.

A voir par les amateurs de nouvelles cinématographies, tant ce film se détache des films japonais classiques ou même de ceux d'autres réalisateurs nippons en activité.


Qualité vidéo:
2,9/5

Qualité audio:
2,8/5

Suppléments:
2,8/5

Rapport qualité/prix:
2,5/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-09-15

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
2LDK

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
70 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
TLA Releasing

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Japonaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
segment portant sur la réalisation, entrevue en compagnie du réalisateur et bande-annonce

Date de parution:
2004-07-13

Si vous avez aimé...