Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Uzumaki

Critique
Synopsis/présentation
Higuchinsky est un jeune réalisateur japonais, formé à l'école du clip vidéo, qui a eu la chance de voir un projet aussi original et novateur que l'adaptation du manga de Junji Ito, Uzumaki (Spirale), lui tomber dans les bras.
On y suit la jeune Kirie (Eriko Atsune) et son ami d'enfance Shuichi (Fhi Fan) alors que leur ville de province est aux prises avec une curieuse obsession pour la forme spirale.
Petit à petit, tous les habitants semblent atteints par cette fascination pour cette forme visuelle troublante qui finit par tous les rendre fou et même pire.

Nous ne souhaitons vous dévoiler qu'un minimum de l'intrigue et de ses surprises tant la base scénaristique constitue l'un des éléments les plus intéressants de ce film par ailleurs assez bancal. De la bande-dessinée, les trois scénaristes ont su tirer une trame intéressante et cohérente en reprenant une grande partie des idées les plus marquantes. Ils ont aussi malheureusement supprimé de nombreux détails concernant la psychologie des personnages (au moins des deux héros), mais également rajouté des scènes classiques n'ayant strictement aucun rapport avec l'intrigue et semblant juste présentes pour redonner au film un semblant de normalité.
Au lieu de choisir la voie courageuse de l'adaptation déjantée, c'est celle de l'adaptation laborieuse qui a fini par gagner et cet aspect hybride du film n'est pas forcément son meilleur atout.
Pourtant de nombreuses scènes (copies quasiment conforme de la BD) sont résolument surprenantes, originales et fortes, mais elles sont quasiment à chaque fois suivies de moments beaucoup plus conventionnels qui détonnent dans cet ensemble étrange. A ne jamais choisir entre folie baroque assumée et timidité scénaristique, le film finit par lasser à certains moments.
Heureusement l'ensemble est tellement original et novateur que le film se laisse agréablement regarder malgré ses grosses baisses de regime trop régulières.

Le plus gros problème venant de la mise en scène qui, à force d'effets "clips" totalement gratuits, finit par fatiguer le spectateur déja troublé par l'étrangeté du climat général et par la qualité de l'aspect visuel global.
En effet, l'univers visuel du film calqué de très près sur celui de la bande-dessinée est la grande qualité de ce film qui désarçonne même les spectateurs les plus habitués à l'étrange. Les effets visuels trahissent parfois le manque d'argent mais sont en permanence dans l'esprit de la BD, et forment à l'écran un ensemble d'une cohérence troublante. Il aurait été pourtant facile de surcharger le film d'effets visuels ratés et le réalisateur évite cet écueil, à tel point que pour ceux qui ont déja lu la BD, l'ensemble pourrait paraître trop sage.

Quelques bonnes idées comme ces spirales en images se synthèse qui envahissent discrètement les décors, et que vous pourrez vous amuser à repérer, n'empêchent pas l'ensemble de paraître assez gratuit et sans queue ni tête alors que la BD offrait un ensemble cohérent. La réalisation totalement clippesque de Higuchinsky parait elle totalement à côté de la plaque tant elle en rajoute dans la destabilisation inutile. Cette surenchère de plans tordus penchés ou déformants, sans aucune justification, amoindrit la portée de l'étrangeté générale et finit par faire passer cette histoire pour ce qu'elle n'est pas.

Les acteurs tirent leur épingle du jeu et grâce à cela le film ne s'écroule pas. Mais la petite ritournelle qui est l'essentiel de l'accompagnement musical étonne au départ, instaurant clairement un ton décalé, mais finit par lasser, à nouveau à cause d'une surutilisation presque anarchique qui est loin de profiter au film.

En résumé, nous conseillons à tous les amateurs de bizarre et d'étrange de se jeter sur ce film certes très inégal et plutôt raté dans son ensemble, ne serait-ce que pour sa capacité à proposer un univers original et décalé qui ne ressemble à rien de connu mais n'est pas sans évoquer (seulement évoquer) les oeuvres de David Lynch ou David Cronenberg, les deux grands cinéastes créateurs d'univers et de concepts novateurs encore en activité.


Image
L'image est présentée au format respecté de 1.85:1 d'après un transfert 16:9.

La définition générale est de bonne qualité surtout si on tient compte des conditions de production de ce "petit" film. L'interpositif est très propre et seuls quelques points et traits discrets sont visibles pour les yeux affutés.
Les couleurs très particulières du film sont bien rendues mais leur dominante verte extrêmement marquée pourra en surprendre plus d'un. Elles sont constantes et parafitement saturées.
Le contraste est impeccablement géré et évite toutes les brillances.
Les parties sombres du film sont bien rendues grâce à des noirs purs et profonds. La qualité des dégradés est excellente, rendant hommage à la photographie très travaillée de Gen Kobayashi.
La partie numérique est correcte mais montre parfois des faiblesses, avec une compression des arrières-plans parfois visible, mais rien de bien ennyeux pour autant.

Un beau transfert qui permet de découvrir ce film à part dans de bonnes conditions.


Son
Les deux bandes-son disponibles sur cette édition sont respectivement en Japonais (Dolby Digital 5.1) et Japonais (Dolby Digital 2.0 stéréo).

La dynamique de la bande-son muticanal est très appréciable. Sa présence et sa spatialité sont tout à fait dans les standards actuels.
La curieuse musique de Tetsuro Kashibuchi est impeccablement rendue sans aucun signe de distortion quel qu'il soit. Elle est par ailleurs parfaitement intégrée au reste de la bande-son.
Les enceintes arrières sont très bien utilisées, même si le budget limité du film fait que cette bande-son aurait pu être beaucoup plus travaillée pour arriver au niveau des meilleures bandes-son actuelles.
Les dialogues sont en permanence parfaitement intelligibles et aucunes distortions ou parasites ne sont audibles et ce même à fort volume.
Les basses fréquences sont bien présentes et apportent un poids considérable aux nombreux effets sonores qui jalonnent le film.
La bande-son en stéréo est elle aussi de qualité mais ne fait pas le poids face aux qualités homogènes de sa rivale en multicanal.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais uniquement.



Suppléments/menus
Une section décevante et totalement standard.
Est donc proposé un documentaire de 10 minutes à l'apsect purement promotionnel, qui consiste en une interview bizarroide de l'actrice principale et d'extraits du tournage. A aucun moment le réalisateur ne vient s'expliquer ni aucun des intervenants ne cite la formidable bande-dessinée dont le film est l'adaptation.
Est aussi offerte une bande-annonce intrigante mais dans un style très MTV, ainsi que l'intégralité des séquences vidéo utilisées en extrait dans le long métrage.
Un ensemble donc bien vide qui se garde malheureusement de faire référence à l'excellent manga éponyme de Junji Ito.



Conclusion
Une édition dont la qualité audio et vidéo est tout à fait satisfaisante mais dont les suppléments s'avèrent bien décevants. Ceci dit, étant donné l'originalité de cette oeuvre et son prix de vente correct, l'achat de cette édition est recommandée à tous les amateurs d'ambiance étrange.

Le jeune réalisateur issu de la vague du clip vidéo n'était peut-être pas le meilleur choix pour cette adaptation d'un manga complètement fou mais si difficile à retranscrire à l'écran. Si l'aspect visuel est réussi, il en va tout autrement de la narration et de la mise en scène qui en dehors de quelques beaux moments frise souvent le n'importe quoi.
Une oeuvre qui mérite tout de même une certaine attention par son concept fort original et son design réussi, mais qu'un réalisateur plus chevronné aurait réussi à rendre cohérent sur la longueur. A voir comme une curiosité japonaise qui nous fait réaliser le fossé culturel qui sépare ce pays de l'Occident.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
1,5/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-08-29

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Uzumaki

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
90 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Elite Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Japonaise Dolby 2.0 Surround
Japonaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire, séquences vidéo et bande-annonce

Date de parution:
2004-07-06

Si vous avez aimé...