Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Das Boot Director's Cut (Superbit Collection)

Critique
Synopsis/présentation
Wolfgang Petersen fut l'un des grands espoirs du cinéma Allemand avant d'émigrer aux Etats-Unis, rattrapé par les sirènes d'Hollywood. Auparavant, il signa deux oeuvres aux sujets difficiles : La Conséquence (1977) sur l'homosexualité, et L'Echiquier de la Passion (1978) sur les ravages que peut exercer le jeu sur l'esprit d'une personne instable. Leur intensité et leur justesse les fit remarquer, et W. Petersen se vit donc confier la réalisation de l'oeuvre qui restera sans aucun doute la plus achevée de sa carrière : Das Boot (1981).
Celui-ci fut d'ailleurs à l'époque le plus gros budget du cinéma germanique. La suite de sa carrière à Hollywood, sans être inintéressante, le sort de sa condition de jeune cinéaste prometteur, pour le transformer en cinéaste-faiseur aux ordres des grands studios. Il se contentera grâce à ses qualités techniques évidentes, de réaliser les films propres et aseptisés qu'on lui demande, perdant du coup son mordant et son originalité.

Das Boot nous propose de suivre de près l'odyssée de l'équipage d'un sous-marin allemand durant la seconde guerre mondiale. Nous vous précisons d'emblée que ce film n'est nullement à la gloire des soldats allemands, et qu'il ne prétend à aucune leçon sinon celle de démontrer par des moyens très simples et efficaces, l'absurdité de leur mission et des conflits armés en général. W. Petersen construit tout son point de vue à partir de celui de l'équipage et de son capitaine (Jürgen Prochnow). Comme eux, le spectateur ne quitte quasiment jamais le sous-marin et cela provoque chez lui une sensation de claustrophobie intense. Le côté inhumain (ou du moins aux limites des possibilités humaines) de cette entreprise est mis en avant de façon subtile, sans démonstration, seulement en montrant des faits. De même, l'aspect dérisoire des sacrifices consentis par ces hommes au nom de leur patrie est vraiment évident, ceux-ci ne servant finalement pas vraiment à grand chose à l'échelle du conflit. W. Petersen a d'ailleurs bien pris soin de nous proposer des personnages à la psychologie évoluée, confrontant ainsi tous les types de réaction à ces conditions extrêmes sans donner aucunement l'impression d'être consensuel.

C'est d'ailleurs là l'une des grandes forces de son scénario. Le Capitaine n'est pas vraiment un fervent d'Hitler mais plus un patriote, et sa dévotion au Fuhrer est d'ailleurs contrôlée par un jeune officier totalement dévoué à la cause nazie. La plupart des autres membres d'équipage sont présents car c'est leur sort et non par leur volonté propre. L'enfermement auquel sont confrontés les marins leur permet d'ailleurs de vite aplanir leurs différences et de se placer sous l'autorité incontestée et bienveillante de leur capitaine. Celui-ci, pris par son sens du devoir, ne refusera même pas la mission très périlleuse qui lui sera confiée et ce malgré sa quasi certitude qu'il s'agit d'une mission suicide. La fin du film en prendra d'ailleurs une résonnance d'autant plus forte que tous leurs efforts et leur dévotion aveugle n'ont servi à rien.

La mise en scène de W. Petersen est absolument remaquable par sa précision et sa technique. Il nous fait ressentir physiquement l'étroitesse du lieu (le film a d'ailleurs été tourné en studio mais dans un véritable sous-marin), l'angoisse de la pression qui risque de comprimer le sous-marin, la tension gigantesque consécutive au fait que celui-ci est aveugle lorsqu'il est en plongée. Le suspense créé par ces scènes est d'une intensité peu commune et c'est dans ces moments que J. Prochnow impressionne par la qualité et l'intensité de son jeu. Les autres acteurs sont tous également habités par leur rôle, et l'empathie envers leurs personnages est renforcée grâce au fait qu'ils sont inconnus. L'impact du film s'en trouve ainsi renforcé grâce à son côté humain.

Un film puissant qui sait prendre le temps de présenter ses personnages et de faire durer les scènes qui l'exigent. La guerre y est montrée de façon réaliste et dans tout ce qu'elle a de plus ridicule. On est bien loin des productions américaines du genre et le rythme en est d'ailleurs très différent. L'ambiance est parfois à la limite du fantastique (lorsqu'il est coincé sur les hauts fonds), et les similitudes du scénario avec L'Odyssée d'Homère n'y sont sans doute pas étrangères. Une oeuvre grandement recommandée, efficace sur le plan du scénario et de la réalisation, et brillamment interprétée.


Image
Ce transfert nous offre l'image au format respecté de 1.85:1 et ce d'après un transfert 16:9.

La définition générale est résolument excellente. L'interpositif est absolument impeccable de propreté. La finesse des détails a même tendance à surprendre tellement elle est poussée sur l'ensemble du transfert. Le rendu des couleurs est du même acabit. Pour les spectateurs habitués aux anciennes versions du film, la surprise sera de taille. Les nuances des couleurs sont magnifiquement reproduites et la superbe photographie du film est retranscrite de façon quasi parfaite (des tons passés aux plus vifs). Les nombreuses scènes baignant dans le rouge des ampoules du sous-marin n'occasionnent aucun débordement, bien au contraire. Le contraste est également exceptionnel et évite les nombreuses brillances que ce transfert aurait pu générer. La majeure partie du film se déroule dans une ambiance très sombre, et grâce à des noirs profonds et à la qualité du contraste, le rendu est excellent.

La partie numérique du transfert est remarquable. Aucunes traces de compression, de fourmillements ou de surdéfintion ne sont décelables sur un film qui aurait du pourtant en occasionner un bon nombre. Certaines séquences sont très granuleuses (le générique et les cinq premières minutes), mais cela est du à l'état de la pellicule et en aucun cas à une défaillance technique du DVD, celui-ci ayant même tendance à les faire encore plus ressortir de par sa qualité. A noter que le film est réparti sur deux disques du fait de sa durée et que malheureusement, le début du second DVD est aussi long que celui du premier (menus, avertissement, etc..) et cela ne facilite pas du tout la transition.

Une oeuvre qui a enfin reçu le traitement hors-normes qu'elle méritait et retrouve ainsi une seconde jeunesse. Il paraît aujourd'hui difficile d'arriver à un résultat notablement meilleur.


Son
Les bandes-son disqponibles sur cette édition sont respectivement en Allemand (DTS 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (DD 2.0 surrround).

La dynamique des deux bandes-son multicanaux est tout simplement exceptionnelle, avec un avantage certain pour la celle en DTS. Leur présence exacerbée leur permet de nous offrir un rendu d'une spatialité vraiment remarquable. Le déploiement du champ sonore est ainsi total lorsque le moment l'exige. A noter également la facilité de ses deux bandes-son à retranscrire aussi intelligiblement les passages aux volumes sonores les plus faibles comme les plus élevés. La musique est parfaitement intégrée au reste de la bande-son. Les enceintes arrières sont utilisées moins fréquemment que sur des productions récentes, mais lorsqu'elles le sont, leur rendu est formidable (les craquements de la coque du sous-marin). Les effets de canaux à canaux sont d'ailleurs d'une cohérence peu commune, digne des meilleures bandes-son actuelles. Les dialogues sont toujours impeccablement restitués et sans aucune trace de parasites ou de distorsion. Les basses fréquences sont du même niveau que le reste de la bande-son et apportent une sensation physique des divers passages les plus mouvementés, par leur profondeur et la justesse de leur utilisation (explosions, navigation en pleine mer ou descente au fond de l'océan).

La bande-son en DTS propose une restituion plus nette et plus ouverte que son homologue Dolby Digital, cette dernière n'en restant pas moins excellente.

Il y a option de sous-titrage en Anglais, Français, Espagnol, Portugais, Chinois, Coréen et Thaïlandais

Une belle réussite qui peut sans problème rivaliser avec bien des bandes-son actuelles et tout cela dans la langue originale de l'oeuvre. Bravo !


Suppléments/menus
Une totale mais habituelle absence de suppléments qui est largement compensée par une qualité d'image et de son exceptionnelle ! Il est à noter cependant que la précédente édition proposait un commentaire audio. Le cahier des charges de la gamme Superbit n'autorisant pas ce genre de rajouts, nous n'avons pas grand chose à regretter.



Conclusion
Une édition d'une qualité technique absolument exceptionnelle. Une fois de plus, preuve est faite que si le travail d'encodage est fait sérieusement, le résultat final proposé en DVD peut être impeccable. Ainsi, Das Boot malgré plus de vingt ans offre une qualité d'image générale proche de celle d'une production récente, malgré quelques défauts en tout début de film. De même, le remixage de la bande-son lui permet de tenir la dragée haute à celle de bien des films actuels.

Le film est le premier bénéficiaire de ce traitement et son impact s'en trouve vraiment renforcé. Le sentiment de tension dégagé par cette oeuvre est inégalé et le fait que les acteurs ne soient pas connus, en plus d'être tous impeccables, permet une forte identification aux personnages. La réalisation de W. Petersen renforce le sentiment de claustrophobie, et son scénario évite toute gêne du fait que les soldats décris dans ce film soient allemands (et donc du mauvais côté). Une oeuvre forte qui fait vraiment ressortir l'absurdité totale des conflits guerriers.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2003-03-11

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Das Boot

Année de sortie:
1981

Pays:

Genre:

Durée:
210 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Allemand Dolby Digital 5.1
Allemand DTS
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol
Portugais
Chinois
Coréen
Thailandais

Suppéments:
Aucun car édition Superbit

Date de parution:
2003-03-04

Si vous avez aimé...