Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Magic of Fellini, The

Critique
Synopsis/présentation
L'objet de ce documentaire réalisé par Carmen Piccini est malheureusement beaucoup trop vague pour en faire un documentaire de qualité. D'après son titre, on pourrait penser qu'il s'agit d'une retrospective de la carrière du cinéaste agrémentée d'interviews permettant aux non-initiés de découvrir l'oeuvre et la personnalité du grand cinéaste, ou bien d'une introspection en profondeur de ses méthodes de travail et de sa personnalité destinée au personnes connaissant bien ses films et leur apport important au patrimoine du cinéma mondial.
Or ce documentaire n'est ni l'un ni l'autre. Il perdra à coup sur les néophytes car malgré une structure chronologique film par film, Piccini ne prend jamais le temps d'expliquer le sujet des films qu'elle évoque et encore moins un avis critique ou un résumé de ses influences diverses. Donc de façon logique, elle devrait s'adresser à un spectateur féru du cinéaste et entrer de plein-pied dans une discussion plus technique et dans ce domaine également le documentaire pèche.

Le principe de s'adresser aux grands acteurs avec lesquels Fellini a travaillé, de façon à faire ressortir un portrait de l'artiste à travers ces divers témoignages, est excellent sur le papier mais paraît assez difficile à mettre en oeuvre surtout sur une durée aussi courte. En fait, ce documentaire s'apparente à un portrait simpliste de l'homme qu'était Fellini sans réelle considération pour son oeuvre (autre que celle de citer ses films mythiques), raconté par des acteurs célèbres.

Il paraît difficile de faire plus creux et vide que ce documentaire tant les prestigieux intervenants (Claudia Cardinale, Anita Ekberg, Anthony Quinn ou Donald Sutherland) ont peu à dire d'interessant (ou les mauvaises questions leurs sont posées) en dehors des habituelles louanges sur le génie de Fellini, sa propension à la rêverie et à la poésie. Ainsi ni le néophyte ni le passionné ne trouveront leur commpte dans ce fourre-tout d'images d'archives sans queue ni tête qui en viendrait à faire passer Fellini pour un réalisateur à la mode, et réussir l'exploit de passer son univers si particulier et ses apports à l'art cinématographique pour de simples détails. A aucun moment la réalisatrice ne donne un quelconque avis ou sentiment sur Fellini, s'en remettant aux dires de ses prestigieux interviewés. Il ne s'agit donc malheureusement pas d'un réel travail sur le cinéaste mais d'une banale compilation d'avis hétéroclites sur le cinéaste, assemblés selon un ordre chronoligique.

Piccini a sans doute chercher à réaliser un documentaire "glamour", portrait en surface d'un des rares cinéastes/stars du métier, mais elle a oublié en route que l'homme était avant tout un créateur. Piccini est donc passé totalement à côté de son sujet et ne propose qu'un médiocre documentaire à paillettes (qui paraît destiné à la presse "People" en manque de potins), qui va dans le sens détestable d'une superficialité dans laquelle on voudrait enfermer le médium cinéma du fait de sa mission divertissante, et oublier ainsi la dimension artisitique essentielle du 7ème art que des réalisateurs comme Federico Fellini ont permis de faire briller de mille feux.


Image
L'image est proposée au format 1.33:1 d'après un transfert 4:3.

La défintion évolue de correcte à vraiment faible selon l'âge des documents proposés. L'interpositif subit les mêmes remarques n'étant toutefois jamais vraiment "propre".
Les couleurs paraissent parfois passées mais sont dans l'ensemble correctement restituées.
Le contraste est moyennement géré, n'évitant pas de nombreuses brillances pouvant s'avérer assez gênantes.
Les passages sombres sont correctement rendus malgré des noirs parfois un peu faibles.
La partie numérique du transfert est acceptable mais génère tout de même des fourmillements réguliers ainsi que quelques défauts de compression sporadiques.

Un transfert à l'image du contenu de ce documentaire, c'est à dire partant de bonnes intentions pour arriver à un résultat sans intérêt. Heureusement, les extraits de films sont tous présentés dans leur format d'origine et dans des copies correctes. On ne peut en dire autant des interviews dont la qualité est souvent déplorable, ce qui s'avère étonnant sur un tel travail.


Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Anglais (Dolby Digital 1.0 mono).

Sa dynamique est correcte dans l'ensemble, passant de bonne à quasi nulle. Sa présence et sa spatialité subissent les mêmes remarques en fonction de la teneur des images (extrait ou interview) et de leur âge respectif.
La musique est curieusement bien rendue (un ingénieur du son mélomane ou amateur de Nino Rotta ?) mais a souvent tendance à recouvrir la voix off ou celle des interviewés.
Les dialogues sont la plupart du temps intelligibles mais il arrive que des parasites et distortions viennent les perturber et ce même à volume moyen.
Les sous-titres anglais sont incrustés dans l'image et ne concernent que les parties parlées en Italien.

La partie son est equivalent dans son traitement à la partie image et fort heureusement ce sont les extraits de film qui se voient les mieux lotis dans un cas comme dans l'autre.


Suppléments/menus





Conclusion
Un documentaire à la qualité audio et vidéo que nous qualifierons de passable car elle permet un visionnage relativement agréable du film sans en perturber vraiment le visionnage malgré des défauts évidents.

La qualité éditoriale de ce documentaire est par contre elle beaucoup plus sujette aux critiques tant elle semble avoir été traitée sans considérations. Un semblant de structure assure une faible cohésion à l'ensemble mais cela est bien la seule remarque positive que nous adresserons à ce documentaire. La réalisatrice a choisi un angle d'attaque du sujet totalement inintéressant et de plus n'a pas u se fixer des objectifs vis à vis de son public et cela se ressent de façon évidente que l'on soit connaisseur ou non de l'oeuvre du maestro.
Il est fort dommage que vu le faible nombre de productions de documentaires sur des cinéastes, que ce soit un projet aussi faible et sans intérêt qui ait vu le jour. Pour aller à la découverte de Fellini, nous vous conseillons vivement de voir ou revoir ses films maginifiques plutôt que de vous attarder sur ce documentaire qui le présente de façon ininteressante.


Qualité vidéo:
2,5/5

Qualité audio:
2,8/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
2,5/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-04-12

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Magic of Fellini, The

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
55 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Image Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:

Suppéments:
Aucun

Date de parution:
2004-01-27

Si vous avez aimé...