Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Tattooed Life a Film by Seijun Suzuki

Critique
Synopsis/présentation
Seijun Suzuki est un cinéaste japonais parmi les plus importants, identifiable aisément de par son style radical et sa thématique récurrente tout au long de sa carrière. A l'instar de Kenji Fukasaku, mais avec une sensibilité et une énergie différentes, il a révolutionné le cinéma japonais des années 1960 et amené un vent de liberté formidable ainsi qu'une audace et une violence graphique alors uniques dans le panorama cinématographique mondial.

On y suit Tetsu (Hideki Takahashi) alors qu'il tue sa dernière victime en tant que Yakuza. Son frère Kenji (Masako Izumi), pourtant délicat et intellectuel, vole à son secours alors qu'il est en facheuse posture et tue une Yakuza dans la bataille. Les deux frères s'enfuient alors en Mandchourie pour échapper aux Yakuzas et à la police qui les recherchent activement. Ils trouvent refuge dans une équipe de constructions mais leur véritable identité ne tardera pas à être connue de tous.

Suzuki a tenté avec ce film de revenir vers un cinéma plus commercial et moins outrancier que certaines de ses oeuvres antérieures (La Jeunesse de la Bête, 1963 ; La Barrière de Chair, 1964) et il orientera ainsi son film vers une trame habituelle pour les films de Yakuza.
Ainsi, les relations entre Testu et Kenji sont classiques du genre et leur parcours en Mandchourie se révèle sans grande surprise. De même, les traditions japonaises sont bien mises en avant et le fait que l'action se situe en 1925 n'y est sans doute pas étrangère. Dans ses films ultérieurs, il fera voler en éclats les conventions visuelles et narratives avec des oeuvres aussi radicales et expérimentales que La marque du tueur (1967). Pourtant il réussit une superbe opposition entre la beauté et la pureté de la campagne japonaise et l'artificialité de tous les signes de modernité présents dans le film. Son utilisation du cadre et sa science des mouvements de caméras précis sont également dignes d'éloges.

Voici donc une oeuvre qui demandera de savoir s'adapter aux spécificités de la culture japonaise et supporter la baisse de rythme flagrante au mileu du film, afin de pouvoir l'apprécier pleinement. La stylisation extrême de l'incroyable duel final rattrape le manque de caractérisation des héros ou plus justement le trop grand clacissisme de leurs relations.

Une oeuvre qui est plus destinée aux spécialistes du cinéma japonais et plus particulièrement aux amateurs et connaisseurs de l'oeuvre de Suzuki, qui seront plus à même que le spectateur lambda d'isoler et apprécier les qualités de cette oeuvre plastiquement superbe mais trop sage dans son ensemble pour provoquer le même électrochoc que d'autres oeuvres de Suzuki.


Image
L'image est proposée au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

La définition générale est de très bonne qualité pour une oeuvre de 1965 et surtout vraiment stable. L'interpositif est très propre, ne laissant apparaître qu'un peu de grain et deux ou trois rayures mais de façon très sporadique.
Les couleurs sont impeccablement gérées, rendant à merveille les couleurs châtoyantes de la superbe photographie de Kurataro Takamura. Elles sont naturelles, constantes, sans aucuns débordements et d'une saturation impeccable.
Le contraste est impeccalbement géré, évitant toute les brillances.
Les parties sombres sont bien rendues grâce à des noirs de qualité. La qualité des dégradés est excellente et permet un rendu optimal de ce film à l'aspect visuel très travaillé.

Un beau transfert qui est vraiment appréciable étant donné la rareté du film et de son âge.


Son
La seule bande-son disponible sur cette édition est en Japonais (Dolby Digital 1.0 mono).

Sa dynamique est dans la norme des pistes monophoniques de cette époque. Sa présence et sa spatialité subissent les mêmes remarques et s'avèrent amplement satisfaisantes.
La musique est bien rendue et correctement intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont en permanence parfaitement intelligibles et ne montrent que des traces limitées de parasites ou distortions dans les hautes fréquences.
Les basses fréquences sont réduites à leur plus simple expression mais font preuve d'une certaine efficacité dans ses limites.
Les sous-titres ne sont disponibles qu'en Anglais.

Une bande-son qui remplit parfaitement son office, sans défauts ni qualités majeures et nous n'en demandons pas plus.


Suppléments/menus
Une section malheureusement vide hormis une filmographie de Seijun Suzuki. Heureusement, Home Vision Entertainement a eu l'excellente idée, à l'instar des éditions des films de Fukasaku déja critiqués ici, d'inclure un excellent livret qui nous explique la situation de Suzuki à l'époque du tournage, replace le film dans sa carrière et précise pour les non-initiés à la culture japonaise des informations capitales pour une meilleure compréhension de l'oeuvre.
Il est vrai que la rareté de cette oeuvre fait que les suppléments sont quasi impossibles à trouver et nous avons juste une complainte concernant la taille du texte du livret qui est résolument passionnant et aurait donc pu être beaucoup plus long



Conclusion
Une bonne édition DVD réussie au niveau audio et vidéo et dont nous vous recommandons l'achat malgré l'absence de suppléments audiovisuels.
Une oeuvre plus sage et moins audacieuse que d'autres plus célèbres de Seijun Suzuki, qui fut un formidable expérimentateur visuel et un artiste déterminant pour la culture pop mondiale (son influence sur Tarantino et Jarmush) et le renouveau du cinéma japonais.
Si l'aspect culurel typiquement japonais pourra en rebuter plus d'un, les fulgurances esthétiques et thématiques de certaines scènes font que cette oeuvre mérite amplement un visionnage même si elle n'est pas à classer parmi les meileures de son auteur.


Qualité vidéo:
3,7/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,3/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-02-26

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Tattooed Life

Année de sortie:
1965

Pays:

Genre:

Durée:
90 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Home Vision Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Japonaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Livret et Filmographie

Date de parution:
2004-01-20

Si vous avez aimé...