Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Eye, The

Critique
Synopsis/présentation
Les frères Pang (Oxide et Danny) sont deux jeunes réalisateurs d'origine thaïlandaise qui fonctionnent d'une façon similaire aux frères Coen. Officiellement, Oxide réalise et Danny écrit et monte leurs oeuvres, mais leur relation fusionnelle fait qu'il est difficile de séparer leur apport personnel respectif.
The Eye (2002) nous propose de suivre Mun (Angelica Lee), une jeune aveugle qui va subir une greffe de cornée et donc retrouver la vue. Mais lorsqu'elle découvre le monde de ses yeux tous neufs, elle perçoit des évènements étranges, qu'elle ne peut vraiment qualifier d'étranges étant donné qu'elle n'a pas de repères venant juste de recouvrer la vue. Avec l'aide d'un jeune docteur, le docteur Wah (Lawrence Chou), elle va tenter de comprendre la véritable origine de ses visions et vite s'apercevoir qu'elle a hérité de l'ancienne porteuse de ses nouvelles cornées, un don de voyance rare et un problème irrésolu lors de son décès.

Le scénario des frères Pang se base sur une histoire vraie et extrapole à partir de là toute l'hypothèse fantastique. Le problème c'est que leurs idées sont bonnes mais restent toujours à cet état, ne subissant jamais de développements scénaristiques à même de les exploiter. Ils ont donc clairement choisi la voie d'un divertissement pur malgré les belles opportunités qui s'offraient à eux.
Fort heureusement, leur talent de conteurs est assuré et ils tiennent leur spectateur en haleine pendant une première heure au tempo assez lent. Ensuite l'histoire prend une tournure plus classique et surtout, vu il y a peu dans divers films de la nouvelle vague du fantastique asiatique, sans forcément en retrouver l'impact (cf critique de Ring).
Le personnage principal est bien défini mais les frères Pang ont choisi d'évacuer toute ambiguité du caractère de leurs héros et surtout tout questionnement trop poussé. Le final est curieusement très différent du reste du film et destiné de façon évidente au public international.
Malgré ces réserves, voila un vrai film fantastique qui prend ses personnages et leurs péripéties au sérieux et parvenant par conséquent à vraiment faire frissoner et sursauter ses spectateurs, à défaut de les faire trembler de peur.

Leur mise en scène est très efficace sur l'ensemble du film même si elle joue souvent sur des effets de surprise qui s'avèrent néanmoins très bien amenés. Le style visuel défini par une photographie toute en désaturations est en accord total avec la situation de leur héroine et évolue en même temps qu'elle. Cela démontre une volonté de recherche et d'expérimentation sur l'image tout à fait louable et réussie. Leur caméra est très mobile et le montage est maitrisé, permettent au film de toujours être parfaitement lisible, ce qui de nos temps de surdécoupage frénétique est très appréciable.

La bande-son est bien construite et se révèle d'une efficacité redoutable sans non plus abuser d'effets faciles. Le problème étant que le film vient après Ringu et sa formidable bande-son, dont celle de The Eye s'inspire beaucoup. Elle offre en tout cas au film une ambiance prenante qui renforce bien souvent les situations des protagonistes.

Un film fantastique qui manque d'originalité mais non d'efficacité et qui comblera à coup sur les amateurs de frissons.


Image
L'image est présentée au format respecté de 1.85:1 d'après un transfert 16:9.
La définition générale est d'un bon niveau même si de façon assez incompréhensible sur un film aussi récent, elle a tendance à baisser de façon notable sur certaines scènes. L'interpositif est heureusement vierge de tous défauts et ce sur toute la durée du métrage.
Les couleurs très particulières de la superbe photographie désaturée de Decha Srimantra sont impeccablement rendues. Elles sont justes, constantes et sans débordements.
Le contraste est impeccablement géré, évitant toutes les brillances.
Les parties sombres sont très bien rendues grâce à des noirs profonds et purs. La qualité des dégradés est remarquable, permettant un rendu parfait de toutes les nuances de la superbe photographie.
La partie numérique est de qualité mais génère tout de même comme de coutume chez Lion's Gate des fourmillements légers mais constants, ainsi qu'une occasionnelle surdéfinition des contours, mais rien de vraiment gênant.

Un beau transfert qui étonnamment ne s'avère pas parfait comme on aurait pu s'y attendre, mais permet de découvrir cette oeuvre dans d'excellentes conditions.


Son
Les deux bandes-son disponibles sont en Cantonnais (Dolby Digital 5.1) et Cantonnais (Dolby Digital 2.0 stéréo).

La dynamique de la bande-son multicanal est absolument remarquable. Sa présence et sa spatialité sont du niveau des meilleures bandes-son hollywoodiennes.
Le deploiement du champ sonore est résolument excellent mais uniquement lorsque l'action ou l'ambiance s'y prêtent. La musique est parfaitement restituée et impeccablement intégrée au reste de la bande-son.
Les enceintes arrières sont très souvent utilisées soit pour instaurer une ambiance (bruits de fond, musique) soit pour faire bondir le spectateur et dans les deux cas, leur exploitation est excellente (bonne localisation, effets de canaux à canaux dévastateurs pour la tension nerveuse).
Les dialogues sont en permanence parfaitement intelligibles et aucunes traces de parasites ou distortions ne sont audibles et ce même à fort volume (conseillé pour ce film).
Les basses fréquences sont très présentes et remarquablement gérées, ne venant jamais perturber les moments de calme et se montrant vraiment agressives lors des passages le nécessitant.
La piste en stéréo est du même niveau qualitatif mais son rendu forcément plus limité permet de bien vérifier l'apport non négligeable d'une piste multicanal.
Les sous-titres sont disponibles uniquement en Anglais.

Une bande-son formidable sachant doser ses effets afin de ne pas fatiguer son spectateur, tout en le maintenant dans un état d'anxiété idéal.


Suppléments/menus
Une section très classique qui a le mérite d'exister mais ne présente que peu d'intérêt.
Le segment portant sur la réalisation est un des ces objets promotionnels classiques où l'on apprend peu de choses intéressantes autres que celles déjà exprimées lors de la promotion du film. Hors, étant donné la relative confidentialité de la sortie cinéma de The Eye, cela permet d'apprendre des faits surprenants concernant l'origine de l'histoire et de voir les deux frères au travail.

Sont ensuite proposés une bande-annonce et une bande-annonce pour la télévision américaine, de bonne qualité.
Pour finir sont offertes des recommendations avec bandes-annonces de divers films et documentaires.
Un ensemble donc léger mais qui s'avère suffisant pour une oeuvre n'appelant pas vraiment l'analyse et qui se suffit à elle-même.



Conclusion
Une édition réussie à la qualité technique vidéo excellente et une bande-son très efficace. Les suppléments par contre s'avèrent assez quelconques.
Une oeuvre pas vraiment originale sur le fond et plutôt opportuniste dans sa démarche, mais qui grâce au talent visuel indéniable de ses jeunes réalisateurs mérite amplement un visionnage.
Les sujets passionnants abordés par le film ne sont qu'effleurés mais la éméarche esthétique et un excellent travail sur le son rattrapent en partie le changement de ton et de style fort déstabilisant de la dernière demi-heure.
Un bon film fantastique un peu convenu qui permet de passer une excellente soirée de divertissement.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-02-01

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Eye, The

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
98 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Lion's Gate (Canada)

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Cantonaise Dolby Digital 5.1
Cantonaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaires, bandes-annonces

Date de parution:
2003-10-21

Si vous avez aimé...