Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Magdalene Sisters, The

Critique
Synopsis/présentation
Peter Mullan est un acteur anglais de qualité, qui a fini par passer à la réalisation en 1997 avec Orphans, un autre film sur le sujet difficile du deuil.

Magadelene Sisters jette un coup de projecteur vraiment nécessaire sur une situation ahurissante qui a eu lieu jusqu'en 1996 en Irlande. Les jeunes filles non mariées mais enceintes ou celles qui manifestaient simplement de l'intérêt pour le sexe oppposé étaient très souvent rejetées par leurs familles au nom de la religion et de la bonne morale. Elles étaient alors littéralement incarcérées dans des couvents de l'ordre de Marie-Madeleine la pècheresse. Elles pouvaient y rester une vie entière, exploitées de façon odieuse par des soeurs qui profitaient de leur rang de personnes socialement indésirables pour leur faire subir les pires traitements et les faire travailler comme des damnées sans aucune compensation quelle qu'elle soit en retour. Le film suit l'histoire vraie de trois de ces jeunes filles alors qu'elles vont étre jetées dans une de ces prisons dissimulées sous le vernis de la respectabilité.

Il s'agit clairement d'un film à sujet et Peter Mullan l'a bien compris. Il s'efface donc derrière la situation outrageusement intolérable qu'il dénonce et signe un film traversé de moments magnifiques mais bien sage et purement illustratif dans son ensemble. La scène d'introduction est une vraie réussite qui, par la fluidité et la justesse de sa présentation d'un moment complexe et difficile, laissait augurer d'une oeuvre forte et courageuse transcendant littéralement son sujet par une mise en scène et un regard acérés. Hors, une fois l'introduction des trois héroines terminée, les situations ont une fâcheuse tendance à devenir beaucoup moins fines et lorgnent un peu vers la caricature à force de vouloir bien faire.
La mise en scène redevient discrète mais le trait des situations s'épaissit considérablement. Ainsi le personnage de la Soeur Bridget, qui dirige le couvent, est présenté de façon grossière alors que dans son cas un personnage plus fin et plus retors au final se serait avéré sans doute plus efficace.
Nous ne tentons pas de refaire le film à la place de Mullan mais plus de pointer en quoi certains défauts finissent par amoindrir l'impact du film par excès de bonnes intentions. Ainsi, tout au long de celui-ci alternent des scènes très réussies (la brimade des soeurs, la porte ouverte sur la liberté) et les autres, loin d'être mauvaises mais entre l'illustratif et la dénonciation plus pataude.
Les actrices sont toutes très convaincantes mais en fonction de leur rôle et de sa fonction sont plus ou moins gâtées par le scénario et le réalisateur.

Voici donc une situation absolument intolérable qui est enfin dénoncée par un cinéaste courageux et militant. Cependant du fait d'une vision un peu manichéenne et simpliste de la situation, Mullan n'exploite pas son sujet à fond et se contente de livrer une oeuvre forte de par son sujet mais plutôt banale et superficielle de par son traitement scénaristique et sa mise en scène. Ainsi l'aspect social de cette situation est totalement occulté et cela est fort dommage car le plus révoltant est quand même que des parents puissent renier leurs filles pour des raisons aussi futiles, et cela à l'échelle d'une nation qui se voudrait moderne, et tout cela sous couvert de religion.

En tant qu'oeuvre cinématographique, ce film ne rentrera sans doute pas dans les annales mais les faits incroyables qu'il dénonce et la bonne volonté évidente de son réalisateur (qui est aussi l'instigateur du projet) resteront en tant que film au service de l'humanité, pour le devoir de mémoire.


Image
L'image est présentée au format respecté de 1.85:1 d'après un transfert 16:9.

Sa définition générale est au final moyenne car malgré de beaux moments, une sensation de legers flous est présente durant une bonnne partie du film. L'interpositif n'est pas très propre et montre à de nombreuses reprises des points et traits, et du grain est très présent tout au long film, plus que celui qui paraît intentionnel mais il est difficile de trancher. La finesse des détails est elle aussi en retrait et cela est dommage vu la qualité des décors.
Les couleurs sont elles vraiment somptueuses mais sombres, leur rendu étant naturel, constant et parfaitement saturé. Le transfert paraît cependant souvent manquer de luminosité sans que de nouveau nous n'arrivions à trancher entre une volonté du réalisateur ou un défaut de cette édition.
Le contraste est bien géré et évite les brillances.
Les parties sombres du film sont plutôt bien rendues grâce à des noirs relativement purs et profonds, mais à nouveau la question sur la luminosité entre en jeu dans le rendu vraiment très sombre de certaines scènes.

La partie numérique est elle aussi sujette à caution car noyée dans le grain de certaines scènes, il nous a semblé déceler également des fourmillements qui sont alors fort malvenus du fait de la présence d'un grain déja trop important. Hormis ce supposé défaut, nous n'en avons relevé aucun autre assez important pour être mentionné.


Son
Les deux bandes-son disponibles sur cette édition sont respectivement en Anglais (Dolby Digital 5.1) et Français (Dolby Digital 5.1).

Leurs dynamique est très proche et d'un niveau correct pour un film récent plutôt orienté vers les dialogues. Leur présence et leur spatialité sont d'un niveau équivalent et remplissent correctement leurs rôles si l'on tient compte des limitations de l'oeuvre elle-même dans ces domaines.
La belle musique de Craig Armstrong est impeccablement restituée sans aucune limitation audible et s'avère parfaitement intégrée au reste de la bande-son.
Les enceintes arrières sont peu utilisées dans un film que n'en a de toutes façon pas vraiment besoin. A nouveau c'est la musique qui bénéficie le plus de leur intervention ainsi que les scènes d'évasion.
Les dialogues sont toujours parfaitement intelligibles même lorsqu'ils ne sont que murmurés lors des scènes de dortoir et aucuns parasites ou distortions ne font leur apparition quelque soit le volume sonore.
Les basses fréquences sont très bien gérées même si au final très peu utilisées. Elles supportent à merveille la musique et les scènes d'évasion.
La bande-son française est tout à fait à la hauteur de son homologue anglaise et hormis les habituelles réserves sur le doublage, il est quasiment impossible de les dissocier qualitativement parlant.
Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français et Espagnol.

Une bande-son de qualité en adéquation avec le film.


Suppléments/menus
Un seul documentaire est présent dans cette section, il est intitulé "Sex in a cold Climate".
Il s'agit du reportage sur lequel Peter Mullan s'est basé pour écrire le scénario et il s'avère encore plus glaçant que le film lui-même, confirmant la plupart des brimades montrées. Il s'agit d'un document important qui justifie le film et vient en tant que son développement. Il aurait été appréciable d'avoir un commentaire audio de Peter Mullan ou au moins un documentaire dans lequel il aurait expliqué ses choix en matière d'adaptation et de mise en scène.
Cependant il a choisi de s'effacer derrière l'importance et la force de son sujet et cette attitude est tout à fait compréhensible.



Conclusion
Une édition à l'image qui n'est malheureusement pas à la hauteur des standards actuels mais dont la qualité sonore est impeccable et accompagnée d'un supplément essentiel.

Ce sujet très fort était impérativement à traiter au cinéma et Peter Mullan le fait de façon honnête mais manque un peu de finesse et d'inventivité pour arriver à totalement impliquer le spectateur. Heureusement, l'histoire et les actes qui y sont montrés, aidés par de bonnes actrices, font que la relative banalité de cette oeuvre est peu gênante au final. Une oeuvre qui se suit donc plus pour le fait qu'elle dénonce des injustices incroyables que pour la façon dont elle les montre ou les développements qu'elle fait autour.


Qualité vidéo:
3,2/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
4,3/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,3/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2004-05-24

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Magdalene Sisters, The

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
120 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Atlantis

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Documentaire

Date de parution:
2004-03-23

Si vous avez aimé...