Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Mambo Italiano (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Ce film est une adaptation de la pièce de théâtre du même nom écrite par Steve Gallucio, qui a été présente à l'affiche de nombreuses années sur la sçène Montréalaise. Émile Gaudreault, scénariste sur de nombreuses séries télévisées, en a assuré l'adaptation et la réalisation.

L'histoire se déroule à Montréal, et raconte les déboires d'Angelo Barberini (Luke Kirby), un fils d'immigrants italiens, lorsqu'il se décide à avouer à ses parents que son colocataire, Nino Paventi (Peter Miller) est aussi son amant. Si les prémisses du film rappellent un peu My Big Fat Greek Wedding (Montréal remplaçant Chicago, les italiens remplaçant les grecs), il ne s'agit pas vraiment du même type de film, et ce pour deux raisons. Premièrement, Mambo Italiano est une adaptation d'une pièce de théâtre, ce qui se sent dans le découpage du scénario et dans la manière dont sont écrits les dialogues. Deuxièmement, le sujet du film est plus la difficulté d'Angelo à faire accepter son homosexualité que sa relation avec Nino.

Bien que le sujet abordé soit sérieux, le film ne tombe jamais dans le mélodrame, les scènes les plus dramatiques étant toujours sauvées par une réplique les rendant hilarantes. Le scénario comporte de très bons dialogues, et la réalisation enlevée et colorée le sert à merveille. Le ton reste toujours juste, les personnages hauts en couleur représentant la communauté italienne ne sombrant jamais dans le ridicule, et s'avèrent toujours attachants. L'histoire est servie par une interprétation de grande qualité qui nous est donnée par une distribution internationale (un mélange heureux d'acteurs québécois et américains) et judicieuse. On retiendra, entre autres, les prestations magnifiques de Paul Sorvino et Ginette Reno dans le rôle des parents d'Angelo, personnages hauts en couleur mais jamais ridicules. Sophie Lorain est elle aussi tout à fait surprenante, on n'a pas l'habitude de l'entendre ainsi parler anglais avec l'accent italien.

Ce film fort sympathique a connu un succès assez remarquable en-dehors du Canada et notamment aux aux Etats-Unis, en partie grâce à la distribution internationale qu'on y retrouve et au fait qu'il ait été tourné en anglais, et surtout par sa grande qualité.


Image
L'image est présentée au format presque respecté de 1.77:1 (le film était originellement en 1.85:1) dans un transfert optimisé 16:9.

L'image est parfaitement propre, l'interpositif et le télécinéma utilisés étant manifestement de grande qualité. La définition est excellente, offrant des détails nombreux et des textures subtiles et réalistes. Les couleurs sont chaudes, riches et vives, à la limite de l'excès sans jamais réellement déborder. Cet enthousiasme maîtrisé au niveau des couleurs est manifestement un choix artistique qui correspond bien à l'ambiance colorée du film. La brillance et le contraste sont parfaitement ajustés et ne subissent aucune variation sur la durée du film. Les zones sombre de l'image offrent un bon niveau de détail et des dégradés subtils, sans aucun blocage au niveau des noirs.

Le défaut principal de ce transfert est au niveau de l'encodage vidéo : au lieu d'être encodé en 24 images/seconde (le lecteur DVD s'occupant alors de faire la répétition de cadres 3:2 afin de créer les 60 trames du NTSC), l'encodage est fait à 30 images/seconde, avec le 3:2 fait avant l'encodage. Cette façon de faire peut poser problème pour certains lecteurs à balayage progressif et autres logiciels de lecture DVD sur PC.

La compression proprement dite est correctement maîtrisée, les rares parasites visibles étant de légers fourmillements et de légers halos entourant les zones où des transitions de chrominance forte sans variation de luminance sont présentes. Ces derniers étant inévitables, on ne peut pas en tenir rigueur à l'encodage. Par contre, la surdéfinition des contours est bien visible, et aurait pu être évitée.


Son
Le son est proposé en version originale anglaise au format Dolby Digital 5.1 et 2.0 surround, et en français en Dolby 2.0 surround. Pour une production québécoise, une version française multicanaux aurait été de mise. Des sous-titres français sont proposés dans le menu des suppléments, ce qui n'est pas très pratique.

Ce genre de film ne se prêtant pas aux débordements sonores de tous côtés, la bande-son est plutôt fonctionnelle que démonstrative. La dynamique est tout à fait adéquate, et le champ sonore se déploie principalement sur les enceintes avant, avec bien entendu une prédominance de la voie centrale pour les dialogues. Les voies d'ambiophonie sont utilisées sporadiquement pour quelques effets d'ambiance, et les rares effets de transition sont tout à fait corrects.

L'intégration des éléments sonore est globalement bien faite, les dialogues restent toujours intelligibles malgré un niveau parfois un peu juste par rapport à la trame sonore et aux effets. L'utilisation des basses fréquences est judicieuse, soutenue lorsque nécessaire par le canal LFE (.1).


Suppléments/menus
Les suppléments sont accessibles par un menu qui permet aussi d'activer le sous-titrage français du film pour les amateurs de version originale sous-titrée.

Working on Mambo Italiano (12:07) est un montage d'entrevues avec à peu près tous les intervenants principaux ayant travaillé sur ce film. On n'y apprend rien de révolutionnaire, mais ces entrevues sont dans l'ensemble assez sympathiques.

Deleted Scenes permet de visionner deux scènes coupées (0:59 et 1:40) sans grand intérêt, et Outtakes (2:56) est un bêtisier tout à fait inutile.

Le plus intéressant est Extended Scene une version étendue de la scène-clé du film (4:26), où une soirée organisée par les parents d'Angelo et de Nino tourne à la catastrophe.

Le nombre et l'intérêt global de ces suppléments est globalement assez moyen. Rien de catastrophique, mais vraiment rien d'extraordinaire non plus.




Conclusion
Sans être un chef d'oeuvre inoubliable du cinéma québécois, ce film est drôle, fort sympathique et divertissant, avec une interprétation tout à fait remarquable. Cette édition nous l'offre avec un niveau technique tout à fait adéquat. Il est juste dommage que la qualité des suppléments ne soit pas du même niveau.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,3/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2004-02-15

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Mambo Italiano

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
88 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Equinoxe Films

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
-

Suppéments:
Prises ratées, scènes inédites, entrevues (productrice et acteurs/trices)

Date de parution:
2004-02-17

Si vous avez aimé...