Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Hombre

Critique
Synopsis/présentation
Martin Ritt est un cinéaste intéressant mais plutôt inégal (voir la critique de The Brotherhood). Avec Hombre (1967) il signe à coup sur sa meilleure réalisation. Celui-ci vient après deux films plutôt moyens : Hud (1963) et The Outrage (1964), il entame (avec The Spy Who Came in From the Cold 1965) la partie la plus intéressante de se carrière en tant que cinéaste.
Hombre, tiré d'une nouvelle d'Elmore Leonard (Get Shorty et Jackie Brown), conte la confrontation entre la société blanche de l'ouest américain et John Russel (Paul Newman, dans une composition énigmatique et plus travaillée qu'il n'y paraît au premier abord), un homme blanc élevé par les Apaches, au caractère très indépendant. Il quitte ses montagnes de la réserve indienne pour se rendre à la ville et vendre la maison dont il a hérité de son père adoptif. Son voyage de retour en diligence et les problèmes qui vont en découler vont lui permettre de prouver ses capacités et s'humaniser un peu. Le scénario évite les clichés du western psychologique et bavard en se concentrant sur l'action et des dialogues d'une modernité et d'une saveur inhabituelles à l'époque. Tous les acteurs (Paul Newman, Richard Boone et Diane Cilento en tête) sont remarquables et parfaitement choisis.
Martin Ritt adopte une mise en scène efficace et parfois réellement inspirée, qui sert admirablement l'histoire et les personnages. Les péripéties et retournements de situations sont tous justes et crédibles, ce qui colle avec l'aspect réaliste des décors et des vêtements (les maisons abandonnées et les acteurs sont sales et poussiéreux).
Toutes ces qualités concourent à faire de Hombre un western résolument passionnant et moderne, très révélateur de l'esprit novateur de la fin des années soixantes, sans les lourdeurs et l'académisme des westerns de productions classiques.



Image
L'image est présentée en format d'origine de 2.35:1.
Le transfert est annoncé sans renumérisation spéciale et pourtant la netteté et la finesse des détails sont d'un niveau réellement impressionant (qui rend justice au travail du cadre qui propose une profondeur de champ ahurissante). De plus, l'interpositif est quasiment vierge de tout défaut. Les couleurs sont également extrêmement bien rendues, toujours justes, naturelles et bien saturées (le bleu des yeux de P. Newman). Elles respectent parfaitement la magnifique photo toute en ton réalistes. Les contrastes sont dans la même gamme de qualité et permettent aux noirs d'être d'un niveau incroyable pour un film de 1967 non renumérisé. De ce fait, tous les passages sombres du film sont admirablement rendus jusque dans leurs plus petites nuances.
Quelques problèmes de fourmillement font leur apparition de temps à autres dans les ciels , mais aucun autre problème de compression n'est à signaler.
L'image de cette édition est réellement surprenante et prouve encore une fois qu'un film bien conservé et transferé permet d'éviter une renumérisation (et les problèmes qui peuvent en découler).



Son
Les bande-son sont proposées en Anglais (DD 2.0 stéréo), Anglais (DD 2.0 mono) et Français (DD 2.0 mono). Quelle curieuse option que de présenter deux bande-son anglaise dont les résultats sont somme toute très semblable.
La bande-son anglaise stéréo devance tout de même les autres, celle-ci est d'un une qualité tout à fait standard pour un film de 1967. Une dynamique correcte, mais une spacialité étriquée en dépit de basse plus important du à la stéréo. Les dialogues sont bien reproduits et restent toujours intelligibles malgré quelques fluctuations intempestives des volumes. Les deux autres bande-son en mono présentent les mêmes qualités et défauts. La version française étant tout de même un peu plus sourde que son homologue anglaise.
A noter que les sous-titres sont disponibles en anglais et espagnol seulement.



Suppléments/menus
Une fois de plus (et quels que soit les éditeurs) ce sont les suppléments qui sont le maillon faible d'une édition DVD, par ailleurs de bonne qualité. Il fallait qu'il y ait une section suppléments, donc sont présents une galerie de photos de tournages et des bandes annonces.
Les photos sont de très bonne qualité mais en nombre réduit (9) et sans aucune légende. Les bandes annonces sont celles de Hombre, Butch Cassidy and the Sundance Kid, The Verdict et The Hustler(tous des films dans lesquels joue Paul Newman). Elles sont toutes de qualité correcte mais variable, avec une mention spéciale à celle de The Hustler qui est vraiment très travaillée et d'excellente qualité.



Conclusion
Une édition DVD de bonne facture technique, un peu gâchée par des suppléments encore une fois en dessous de nos attentes. Un western vraiment passionnant et moderne dont la qualité de cette édition permet d'apprécier dans des conditions quasi idéales. Un achat recommandé pour le film et l'édition elle-même (malgré quelques bémols).


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,5/5
Auteur:

Date de publication: 2002-07-05

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Hombre

Année de sortie:
1967

Pays:

Genre:

Durée:
111 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Bande-annonce, galeries de photos


Date de parution:
2002-06-04

Si vous avez aimé...