Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Stanley Kubrick: A Life in Pictures

Critique
Synopsis/présentation
Résumer la vie et la carrière de Stanley Kubrick en deux heures représente un projet de taille. Un assistant du réalisateur, Jan Harlan, a fait les recherches necéssaires, réalisé et produit un documentaire intitulé: Stanley Kubrick: A Life in Pictures; une oeuvre très réussie.
Narré par Tom Cruise, le documentaire explore la vie de Kubrick depuis sa jeunesse dans le Bronx jusqu'à son dernier film, Eyes Wide Shut. Quelques séquences d'archives montrent le petit Stanley s'amusant dans le Bronx dès son jeune âge. Puis, on dirige le propos vers son intérêt pour la photographie et son premier emploi comme photographe pour le magasine Look. Le cinéaste entreprend ensuite sa carrière de cinéaste avec le court métrage, Fear and Desire. Son acharnement au travail lui vaudra la reconnaissance d'Hollywood grâce à son film anti-guerre, Paths of Glory.
On aborde chacun des films du cinéaste à l'aide des propos de plusieurs grands réalisateurs dont Steven Spielberg, Martin Scorcese et Woody Allen. Ces derniers discutent de détails inhérents à la réalisation et des commentaires sur Kubrick . Notons aussi des entrevues avec des acteurs et actrices qui furent de la distribution de ses films dont Jack Nicholson, Nicole Kidman et Malcolm McDowell. Les acteurs, pour leur part, mettent l'accent sur la direction des comédiens et sur leur relation avec le cinéaste. Ces extraits d'entrevues sont entrecoupées d'extraits de films et des séquences prises sur les différents plateaux de tournage.
On aborde également dans ce documentaire les projets inachevés du réalisateurs. Kubrick a toujours entretenu une passion pour Napoléon et a voulu réaliser un film à son sujet. Il se questionnait perpétuellement comment un militaire si intelligent avait pu conquérir tant de territoires pour voir ensuite son empire s'effondré. Le faible succès de Waterloo (1970) découragea Kubrick face à ce sujet. On parle également de A.I., un projet dont Kubrick se réservait l'adaptation littéraire et la production. Il souhaitait toutefois que Steven Spielberg en assure la réalisation. Le projet vie depuis juin 2001 sur le grand écran.
D'emblée, ce documentaire se démarque par la justesse et la pertinence des informations recueillies. M. Harlan a réalisé un document qui synthétise admirablement bien Kubrick et son oeuvre. À voir absoluement.



Image
Ce documentaire est majoritairement présenté en format 1.33:1 à l'exception des extraits de films présentés en format d'image original (évidemment non-anamorphique). La définition varie de bonne à passable compte tenu de l'âge du matériel. Les extraits d'entrevues présentent une définition nette et raffinée. Toutefois, les premiers films de Kubrick et les documents d'archives présentent moins de définition. Les couleurs sont généralement justes et sans débordement et les teintes de peaux sont naturelles. La brillance et le contraste sont stables lors des séquences récentes mais fluctuent passablement sur les extraits plus agées. Les noirs sont généralement profonds et les portions sombres affichent de bons dégradés, à l'exception des extraits des premiers films du réalisateur. Peu de défauts sont reliés au transfert. Seuls une surdéfinition des contours sporadique et des traces de pixelisation sont perceptibles.




Son
On offre sur ce titre une bande-son anglaise Dolby Digital 5.1. Bien que l'initiative d'offrir une bande-son 5.1 soit la bienvenue, son utilisation n'est que symbolique. Comme il s'agit d'un documentaire, les dialogues demeurent le principal élément sonore de cette bande. Les dialogues sont parfaitement clairs, intelligibles et proviennent des canaux avants. Les canaux arrières ne servent que durant certains extraits de films et en somme, leur utilisation n'est que minime. Il en va de même pour le canal d'extrême-graves (.1 LFE); sa présence se fait rare, mais elle n'est pas essentielle.
Des sous-titres anglais, français, espagnols et portugais sont inclus.



Suppléments/menus
Bien qu'il soit indiqué sur la jaquette que ce documentaire contient une section sur les artisans (Cast & Crew), il ne s'agit pas de notes biographiques. On se contente d'énumérer les noms des principaux artisans ayant contribué à la réalisation de Stanley Kubrick: A Life in Pictures.



Conclusion
En termes de qualité audio et vidéo, ce DVD est dans les normes de ce qui est produit actuellement. Pour le documentaire, soyez certains qu'il s'agit d'une source d'informations exceptionelle.
Malheureusement A Life in Pictures n'est diponible qu'avec le coffret Stanley Kubrick Collection Remastered. Si vous possèdez déjà le premier coffret Kubrick (1999) la situation est frustrante, il vous faudra dépenser près de 200$ CA (avec les taxes) pour vous procurez ce documentaire. Espérons que Warner offrira un jour ce titre individuellement.



Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
-,-/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Eric Martineau

Date de publication: 2001-07-26

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron KV-2780R, Récepteur Denon AVR-3200, Lecteur DVD Toshiba 3108, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable

Le film

Titre original:
Stanley Kubrick: A Life in Pictures

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
142 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol
Portugais

Suppéments:
--

Date de parution:
2001-07-26

Si vous avez aimé...