Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Paradise Kiss - Vol. 1

Critique
Synopsis/présentation
Contrairement aux croyances occidentales, s'il est un domaine dans lequel l'industrie asiatique du film et de l'animation est passée maître c'est bien celui de la comédie sentimentale. Là où Hollywood nous ennuie à mourir avec la même sempiternelle histoire, si mièvre, pleine de poncifs et généralement vide de la moindre substance que beaucoup d'entre nous préfèreraient se faire opérer de la prostate ou regarder un film d'art et essai péruvien en version originale plutôt qu'avoir à en subir une minute de plus, les artistes chinois, coréens ou japonais, eux, nous offrent des aventures pleines de vie, d'émotions et d'originalité. La vision de quelques films comme My Sassy Girl (Yeopgijeogin geunyeo), le plus classique In the Mood for Love (Fa yeung nin wa) ou plus récemment Le Château Fabuleux de Miyasaki nous permet rapidement de nous rendre compte à quel point des années de production stériles formatées pour répondre aux attentes les plus basses ont saboté notre vision du genre.

L'adaptation animé du manga Paradise Kiss d'Ai Yazawa, la grande prêtresse du shojo japonais, est un contre exemple parfait aux insipides usines à images Hollywoodiennes. Cette courte mais fabuleuse série de 12 épisodes de 23 minutes est une perle rare qu'on ne se lasse pas de regarder. Elle nous entraîne au sein de la profonde transformation que subit Yukari, une jeune étudiante qui prépare les concours d'entrées des universités japonaises les plus prisées.

À 18 ans,Yukari est une étudiante quelconque qui suit sagement la voie tracée par ses parents. Elle fréquente Seiei Academy, une des plus prestigieuses écoles de préparation aux concours d'entrée des universités japonaises les plus prisées sans vraiment se poser de question sur ce qu'elle-même recherche dans sa vie. Cette monotonie prendra fin avec la rencontre d'Arashi et Isabella au détour d'un passage pour piétons. Ces derniers appartiennent à un groupe d'étudiants de l'école de mode Yazawa qui ont aussi créé leur propre label. Ils produisent les vêtements que dessine George, un génie de la mode étrange et très confiant en ses capacités. A partir des dessins de ce dernier Isabella confectionne les patrons qui sont ensuite cousus par Arashi et son enfantine amie de coeur Miwako, dernier membre de ce groupe haut en couleurs. Après quelques hésitations de principe, Yukari acceptera de servir de modèle au quatuor pour présenter la dernière création de George au Festival annuel de l'école de mode. La découverte de ce nouveau monde créera quelques doutes chez cette dernière sur ses motivations à continuer dans sa voie actuelle. L'élève pas spécialement douée, ni même inspirée qu'elle était va peu à peu devenir le modèle Caroline, un surnom attribué à Yukari par Miwako. Pour la première fois de sa vie, la jeune femme va devoir se battre pour les rêves qui naissent en elle tout en gérant l'étrange relation avec le fantasque George.
Comme il est de coutume avec les adaptations des travaux d'Ai Yazawa, l'oeuvre est visuellement magnifique. L'ensemble de la série est baignée d'une lumière sur-réelle qui accentue avec brio le style époustouflant que lui a donné son réalisateur. Le goût est impeccable et nos yeux passent d'un objet à l'autre sans jamais se lasser, le travail d'Atsuro Tayama, un célèbre designer de mode japonais qui a collaboré au design de la série, est sublime. Les dessins sont dans la plus pure tradition animé avec cependant une touche de modernisme très discrète que le téléspectateur n'enregistrera vraiment qu'au niveau subconscient. L'ensemble des situations et des relations que nous présentent l'animé sont variées et passionnantes. Les personnages sont forts, complexes et chacun d'entre-eux si profond et réaliste qu'on ne peut s'empêcher de plonger avec enthousiasme dans cet univers un peu magique.

Le ton est donné immédiatement avec une très bizarre scène d'introduction suivi d'un des plus percutants génériques qu'il nous ait été donné de voir. Les images fabuleuses de celui-ci associées à l'excellent Lonely in Georgous de l'impressionnante Tommy February6 (ex-chanteuse du groupe de JPop Brillant Green) donne un coup d'envoi très électrisant à chaque épisode. Le générique de fin n'est pas en reste lui non plus. Il est devenu une légende chez les fans du genre avec ses craquants Chibis qui dansent sur le très potache Do You Want To de Franz Ferdinand. D'ailleurs, contrairement à quelques rumeurs inquiétantes qui ont circulé sur l'Internet, nous confirmons que c'est bien le truculent morceau de Franz Ferdinand qui est présent au générique de fin. Les gens de Geneon se sont battus jusqu'à gain de cause pour en obtenir les droits, arigato gozaimashita. Il aurait été criminel d'altérer ce générique pour de bêtes problèmes de droits en Amérique du Nord.
La série complète, dont nous présentons le premier volume ici, est enfin disponible. Paradise Kiss est l'introduction rêvée au fascinant univers de la comédie sentimentale « made in japan ».


Image
La série nous est proposée au format original de 1.77:1 avec transfert 16:9. L'image haute définition de la diffusion originale est comparable à celle des productions japonaises modernes comme Nana, Nodame Cantabile ou Lovely Complex, le trait est clair, sans fioriture, les décors sont riches et détaillés. Le tout se trouve baigné d'un léger halo lumineux qui donne la vague impression de se trouver dans un univers un peu féerique. Malheureusement le transfert de cette édition ne fait qu'un travail passable pour restituer toute la richesse du travail effectué sur cet animé. Il y a une très nette baisse de netteté entre l'image originale et celle proposée sur ce DVD. Elle est beaucoup plus floue et le halo lumineux en devient exagéré et ennuyeux. La conséquence en est une perte de détails dans les textures pourtant magnifiques de l'oeuvre.
Les couleurs sont elles très belles et bien restituées, le travail de calibration a été fait sérieusement. Les niveaux sont eux aussi très bien réglés et on ne trouvera rien à y redire, les blancs sont lumineux et les noirs profonds. Les dégradés sont fluides, on ne distingue aucune bande.
Si on ne détecte absolument aucune sur-définition de contours on notera cependant un mauvais marquage de trame qui, heureusement, est cantonné au menu seulement.

Au final c'est un transfert honnête mais sans plus qui nous est proposé ici.


Son
L'édition nous propose la bande son japonaise originale ainsi que le doublage anglais, les deux aux format Dolby 2.0 stéréo. Seuls les sous-titres anglais sont proposés. Encore une fois nous sommes peinés de constater l'absence totale d'option française sur ce DVD, l'oeuvre restera donc hors de portée de tous les francophones unilingues en région 1. On se demande vraiment ce qu'il faut faire pour rendre clair que la langue la plus courante ET officielle du Québec est le français... Nous allons nous intéresser ici à la bande son originale ainsi qu'aux sous-titres anglais.
Pour être absolument franc il n'y a pas grand chose à dire de l'audio livré avec l'édition. Elle est adéquate et n'a rien de spécial. Le champ stéréo est bon et assez ample, la séparation stéréo est correcte et les différents éléments sonores, notamment la musique de fond qui joue un rôle important, sont très bien intégrés. Les dialogues sont très clairs et l'excellent travail des acteurs japonais est ici mis en valeur.

Toute la valeur de cette bande son vient plutôt de son contenu, musique et voix, que de sa qualité technique somme toute quelconque. Cependant le travail a été fait sérieusement et nous n'en demandons pas plus.


Suppléments/menus
Le volume 1 contient les quatre premiers épisodes de la série ainsi que quelques suppléments le tout logé sur un unique DVD double-couche. Le boîtier est un boîtier amaray plastique standard mais transparent au lieu de noir. On ne trouvera qu'une simple feuille promotionnelle en place de l'habituel livret. On ne peut pas dire que cela respire l'opulence surtout au prix où il est proposé. Il semble que le portefeuille des otakus soit considéré comme une source de revenus sans fin pour les différents acteurs de la distribution des oeuvres asiatiques.
Au niveau des suppléments ce n'est guère plus glorieux. Premièrement ceux ci sont proposé au format 4:3 avec un marquage de trame déficient, ensuite l'intérêt de ceux-ci est discutable. Ce sont essentiellement deux pièces promotionnelles que les non-initiés au show business japonais regarderont d'un oeil probablement effaré devant la mise en scène et l'ambiance définitivement mièvre et über politiquement correcte qui sont les marques distinctives des promotions nippones. Le reste consiste en une série de publicités japonaises pour le DVD, une galerie de dessins conceptuels pour les personnages ainsi que d'autres promotions, bien occidentales elles, pour d'autres produits Geneon et Tokyo Pop.

Rien de bien transcendant donc mais pas non plus un vide intégral. Il faut savoir que, pour une fois, la version japonaise du DVD n'offre rien de plus que notre version. Un dernier détail : le dessin de la pochette japonaise peut être trouvé à l'envers de celui de la région 1.



Conclusion
Que vous fassiez partie de la cible démographique (i.e. les jeunes adolescentes japonaises) de l'oeuvre ou non (ce qui est la situation la plus probable si vous lisez cette critique) Paradise Kiss est une oeuvre qui vous parlera. Et même si l'édition DVD est plutôt moyenne, l'achat et le visionnement en sont très fortement conseillés.
Enfilez donc votre plus bel habit (non, un pantalon de jogging ne compte pas), installez vous dans votre plus confortable et beau fauteuil et laissez-vous entraîner dans le monde baroque et stylisé de cet étrange conte de fée moderne dont Ai Yazawa a le secret.


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
4,5/5

Note finale:
3,3/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2007-07-16

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Paradise Kiss

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
100 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Geneon/Pioneer

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Japonaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaires de production (séance photo promotionnelle, conférences de presse et publicités), Croquis conceptuels des personnages et publicités de DVD Geneon et de mangas Tokyopop

Date de parution:
2006-12-19

Si vous avez aimé...