Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Memoirs of an Invisible Man

Critique
Synopsis/présentation
Lors d'un séminaire sur le magnétisme, l'analyste financier Nick Halloway (Chevy Chase) quitte la présentation pour aller faire une sieste dans un des bureaux. Sans avertissement, un incident nucléaire rend Halloway invisible. Par tous les moyens possibles, ce dernier essaie de se cacher des agents gouvernementaux qui veulent faire de lui un rat de laboratoire ou un espion militaire.


Image
Le film est présenté au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

L'interpositif utilisé est propre et n'affiche que quelques parasites, en l'occurence ici de minuscules points blancs visibles en de rares occasions. La définition générale est plutôt moyenne, laissant voir quelques scènes parfois un peu floues. Le niveau de détails est bon, mais l'image n'a pas la précision et le mordant des meilleurs transferts. L'étalonnement des couleurs est constant mais on a visiblement travaillé depuis un IP (interpositif) un peu vieillot. Les couleurs sont un peu fades, sans une pleine saturation. Autre signe d'un IP vieillissant, l'image manque parfois de contraste. Les parties sombres sont correctement rendues, offrant des dégradés généralement fluides. Le niveau de détail est bon, mais aura pu être un peu plus relevé si là encore le matériel source avait été de premier ordre. Les noirs ont une bonne profondeur, ce qui donne une certaine base, solidité à l'image.

La partie numérique de ce transfert est heureusement sans problème. Le rendu de l'image n'est pas aggravé par quelquonques problèmes numériques (compression, effets d'escalier, etc.).


Son
Deux bandes-son au format Dolby 2.0 Surround sont incluses: l'une en anglais, l'autre en français.

La Warner n'a pas cru bon d'effectuer un remixage de la bande-son originale en vue de cette sortie DVD, ce qui est dommage. La bande-son anglaise souffre d'une spatialité et d'un dynamisme plutôt en retrait, mais cela est largement dû aux limitations du format sonore (Dolby 2.0 Surround). Le champs sonore se déploie exclusivement des enceintes avants. Le positionnement des éléments sonores manque de précision et n'est pas des plus net. L'utilisation des canaux d'ambiophonies est pratiquement nulle. Éléments sonores principaux de cette bande-son, les dialogues sont nets et toujours intelligibles. Les basses, sans être complètement absente, sont nettement en retrait.

Il y a option de sous-titrage en anglais, français et espagnols.


Suppléments/menus








Conclusion
Memoirs of an Invisible Man est surement un film que John Carpenter souhaite oublier. Avec un budget de 40 Millions de dollars, des recettes de moins de 15 Millions au guichet range ce film au rayon des échecs, du moins commercialement.

Néanmoins, ce film, au fil des années, à trouver un certain auditoire. La présentation visuelle est acceptable tandis que la partie audio reste fonctionelle. Ajoutez à ceci quelques suppléments et vous aurez une édition qui en vaut la peine, si du moins vous appréciez le talent de Chevy Chase.


Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2003-08-26

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 JVC AV-36330, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Pioneer HTD-510-B.

Le film

Titre original:
Memoirs of an Invisible Man

Année de sortie:
1992

Pays:

Genre:

Durée:
99 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Scènes inédites, documentaire sur les effets spéciaux et bande-annonce

Date de parution:
2003-08-19

Si vous avez aimé...