Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Extras (The Complete Second Season)

Critique
Synopsis/présentation
Après le succès mondial de la série The Office, Ricky Gervais et Stephen Merchant ont poursuivi dans le filon de l'humour grinçant et embarassant avec Extras. Ricky Gervais tient ici le rôle d'Andy Millman, un acteur raté qui ne se voit confier que des figurations (d'où le titre de la série), au moins durant la première saison. Andy est entouré de son agent Darren Lamb (Stephen Merchant, co-créateur de la série), qui est un sombre crétin, et de son amie Maggie Jacobs (Ashley Jensen), insignifiante au point de s'amuser des heures avec un bottin téléphonique ou en regardant ses orteils bouger.

Dans la deuxième saison, Andy est passé au-delà de simnple figurant, avec un rôle dans une sitcom absolument nulissime (dont il est le créateur mais a totalement perdu le contrôle), When the Whistle Blows. Cela ne l'empêche pas, lui et ses camarades, de se retrouver, selon le principe de la série, en compagnie de stars internationales, qui s'avèrent spuvent affectées de tares de personnalité aussi graves que les leurs (Orlando Bloom et Daniel Radcliffe, dragueurs pathétiques chacun à sa manière, s'intègrent particulièrement bien à l'univers de Gervais).

Cette saison se trouve être la dernière de la série (avant un épisode spécial de Noël qui la clôtura), ce qui est tout à l'honneur de Ricky Gervais, qui a encore une fois su ne pas abuser de sa recette et arrêter avant que la sauce ne retombe.


Image
L'image est proposée au format respecté de 1.77:1, d'après un transfert 16:9.

Une collaboration entre BBC et HBO nous faisait espérer le meilleur, connaissant les valeurs de production des deux empires télévisuels, et nous n'avons pas été déçus. Bien qu'il s'agisse d'une "simple" comédie, la qualité vidéo est d'un bon niveau.

La définition est bonne, offrant un niveau de détail très honorable et des textures réalistes. Les niveaux vidéo sont impeccables, aussi bien le niveau de noir que le contraste. Les noirs sont profonds et relativement détaillés, et le contraste ne souffre d'aucun excès.
Les couleurs sont riches mais réalistes, sans qu'aucun débordement ne vienne gâcher l'ensemble. Ce type d'oeuvre ne se prêtant pas vraiment à des recherches artistiques poussées à l'étalonnage, les couleurs restent très naturelles tout au long de la série, à part dans les extraits des films auxquels l'un ou l'autre de nos figurants participent.

En ce qui concerne la partie strictement numérique, aucun artefact visible de compression ni aucune suraccentuation des contours exagérée ne vient gêner le visionnement.


Son
La bande-son est offerte uniquement en version originale anglaise, en stéréo. Des sous-titres en Anglais, Français et Espagnol sont heureusement proposés.

Cette bande-son s'avère tout à fait adéquate, offrant une présence assez convaincante pour un tel produit télévisuel. La dynamique est tout à fait suffisante elle aussi. L'intégration des différents éléments est très satisfaisante. Les dialogues sont toujours naturels et intelligibles, et la trame sonore offre profondeur et une haute fidélité, ce qui est important pour les parties chantées (et notamment l'excellente interprétation par David Bowie d'une chanson improvisée sur la nullité de Millman).

Les effets sonores et les ambiances s'avèrent suffisament convaincants. L'espace sonore n'est pas des plus immersifs, mais s'avère tout à fait suffisant pour assurer un visionnement agréable de cette comédie très particulière.


Suppléments/menus








Conclusion
Cette série s'avère d'un abord beaucoup plus facile que The Office, dont le ton unique demandait un ou deux épisodes avant qu'on s'y habitue. Ne vous y trompez pas, il y a encore dans Extras des séquences tellement embarassantes qu'on a envie de se cacher la tête sous un oreiller pour ne pas avoir à en subir la fin. Si rien ne peut égaler la tirade de Ben Stiller dans la première saison, cette seconde saison présente tout de même des moments mémorables (on mentionnerons, en plus de la chanson de Bowie citée plus haut, une scène incroyable entre Daniel Radcliffe et Dame Diana Rigg, dont on se demande comment elle a pu garder son sérieux une seule seconde).

Les suppléments sont dans l'ensemble intéressants et sympathiques, rendant l'achat de cette édition tout à fait recommandable pour les amateurs d'humour intelligent et décalé.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2009-07-07

Système utilisé pour cette critique: Lecteur Blu-ray PlayStation 3, Xbox 360 avec lecteur HD DVD, projecteur Panasonic PT-AE700U, écran Stewart Grayhawk, récepteur Denon AVR-789, enceintes Onkyo HT-S670, caisson de graves JBL PSW 1000, cables Acoustic Research.

Le film

Titre original:
Extras

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
180 mn minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
BBC

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais
Espagnol
Français

Suppéments:
Documentaire, segments, scènes coupées, bêtisier.

Date de parution:
2007-07-10

Si vous avez aimé...