Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Bringing Down The House

Critique
Synopsis/présentation
Un avocat divorcé ayant la garde de ses enfants rencontre la perle rare en clavardant (chattant) sur Internet. À leur première rencontre, quelle n'est pas sa surprise de voir que sa nouvelle flamme est une ex-détenue voulant prouver son innocence. Tout en lui causant des problèmes, elle lui permet de réaliser que la famille devrait toujours passer avant le travail.
Dans ce film, tous les afro-américains ont des casiers judiciaires alors que les blancs sont des racistes crispés et ennuyeux...


Image
Le film est présenté au format d'image respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

L'interpositif utilisé pour ce transfert est tout simplement impécable: On ne note la présence d'aucun parasite.
La définition générale est plus que satisfaisante. Le niveau de détails est excellent, tout comme le rendu des textures qui est tout en finesse. La palette de couleur utilisé pour ce film est solidement reproduite. Les couleurs sont pleines, riches et correctement saturées, mais toujours en restant bien délimitées. Les teintes de peaux sont naturelles.
La brillance (le niveau des noirs) est correctement ajusté, offrant des dégradés fluides, subtils et bien détaillés. Les contrastes, tout au fil de cette présentation, demeurent proprement contrôlés.

Seule ombre au tableau, une très légère sur-définition des contours est visible.

Le changement de couche survient après 65 minutes et 10 secondes.


Son
Deux bandes sonores en Dolby Digital 5.1 sont offertes: la première en anglais, la seconde en français. Une piste de commentaires audio animée par le réalisateur Adam Shankman et l'auteur Jason Filardi est également disponible.

Bien qu'il s'agisse d'un mixage multicanal 5.1 l'essentiel du champ sonore se déploi des enceintes avant, limitant du coup la spatialité de ce mixage. La dynamique et la présence de cette bande-son, sans être en total retrait, sont limitées. Le champ stéréophonique n'est pas des plus articulé, mais offre à quelques reprise des transitions canaux à canaux.
Comme mentionné plus haut, le son se déploi surtout des enceintes avant, à peine quelques très discrets et subtils effets sonores peuvent être entendu des canaux d'ambiophonies. Les dialogues sont fidèlement reproduits et demeurent toujours intelligibles. Les basses ont une certaine présence mais uniquement pour appuyer la trame sonore (musique rap). Le canal .1 (LFE) est aussi mis à contribution pour soutenir la trame-sonore.

Seuls des sous-titres anglais (cc) sont offerts.


Suppléments/menus








Conclusion
Il est surprenant de voir qu'en 2003, un film aussi stéréotypé (voir raciste) puisse avoir un tel succès au guichet...

L'édition offre un transfert vidéo de haute qualité, mais on ne peut en dire autant du mixage multicanal 5.1 trop fade et en retrait. En général, il s'agit tout de même d'un bon produit.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,7/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2003-08-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 JVC AV-36330, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Pioneer HTD-510-B.

Le film

Titre original:
Bringing Down The House

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Scènes inédites, bêtisier, documentaire, vidéoclip, piste de commentaires audio, bandes-annonces

Date de parution:
2003-08-05

Si vous avez aimé...