Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Twelve O'Clock High

Critique
Synopsis/présentation
Le réalisateur Henry King (1886-1982) est un pilier d'Hollywood. De Should a Wife Forgive? (1915) à Tender Is the Night (1962), pas moins de 116 films jalonnent sa longue carrière. Spécialiste du drame historique et épique, il a à son actif plusieurs oeuvres ayant une bonne place dans l'histoire du cinéma hollywoodien. Des long-métrages comme Stanley and Livingston, Wilson et The Gunfighter sont de bons exemples des meilleures réalisations de King. Ce dernier s'inscrit vraiment dans la grande tradition hollywoodienne.
Twelve O'clock High gagna en 1950 deux Oscars: meilleur son et meilleur acteur de soutien pour Dean Jagger. Le film raconte l'histoire d'un général qui reçoit le mandat d'un supérieur de redresser la discipline dans un escadron de bombardiers B-17. En usant plus du bâton que de la carotte, il préparera les hommes sous ses ordre à exécuter des bombardements de jour en territoire ennemi. Il parviendra à tirer le maximum de ceux-ci et gagnera ainsi leur estime tout en faisant d'eux de meilleurs guerriers.
Avec ce film, nous avons un exemple intéressant de drame de guerre de la première période du genre. Ici, pas d'états d'âme, pas d'ambiguïté face à l'ennemi. Le film s'inscrit parfaitement dans l'idéologie de l'époque. Il fut réalisé en 1949, cette époque où le manichéisme était de rigueur: la guerre froide commençait, l'U.R.S.S. venait de faire exploser sa première bombe atomique et la paranoïa envers le communisme battait son plein. Cette atmosphère d'inquiétude se trouve dans Twelve O'clock High dont on peut résumer le message par: il n'y a pas de place pour les lâches et nous devons être prêts à tout.



Image
Malgré les 52 ans de ce film, l'interpositif utilisé pour le transfert numérique est d'excellente qualité. Les imperfections sont minimes et ne gâchent en rien le visionnement. Il n'y a aucune instabilité de l'image causée par l'usure des perforations permettant le défilement de la pellicule. Quelques rares lignes sur l'image et les artefacts sont très discrètes. Seules les scènes de combat aérien ont une image plus endommagée et, pour cause, ce sont de véritables films d'archive de la U.S.A.F. et de l'aviation allemande.
L'image est magnifique! Avec ce transfert numérique, la Fox montre qu'elle a le souci de redonner aux grands classiques de son catalogue leur éclat d'antan. L'image en noir et blanc est, par moment, une véritable splendeur, tant par sa définition que par sa luminosité. Vous aurez envie de faire un arrêt sur image pour en contempler toute la finesse. Les textures mates ou satinées (les vestes de cuir) sont très bien reproduites. Le contraste est très bon. Les scènes de nuit, toutes en clair-obscur, ont des noirs solides. Les amateurs de "glorious black and white" seront choyés.


Son
Ce DVD propose trois bandes audio pour ce film: bande stéréo 2.0, monophonique anglaise et française. La première est la meilleure : réduction remarquable du souffle, amélioration du naturel des voix des acteurs et meilleur détachement des plans sonores. Cependant, la scène stéréo n'est pas très large et nous ne pouvons parler de haute-fidélité avec le son de Twelve O'clock High. Pour les effets arrière, ils sont utilisés pour donner plus de relief aux scènes de combats.
La bande monophonique anglaise n'a pas le dynamisme de la première, mais elle reste très intéressante à écouter. Premièrement, parce que c'est la trame original du film (pour les puristes). Deuxièmement, parce qu'elle a fait gagner à l'ingénieur du son l'Oscar en 1950, ce qui lui donne un aspect documentaire. Le souffle est plus présent, mais les dialogues sont très intelligibles.
Le parent pauvre de cette édition est la bande audio française. Monophonique, elle n'a pas bénéficié du même soin que les deux précédentes. Les voix française sonnent un peu voilé et métallique. Le souffle est un peu plus présent et les plans sonores sont compressés. Il reste qu'elle n'est pas trop désagréable à écouter et rappellera de bons souvenirs à ceux qui ont connu pendant leur enfance lorsqu'il passait à la télévision.


Suppléments/menus
Les suppléments se résument à cinq bandes-annonces de différents films de guerre produits par la Fox. Il aurait été judicieux d'inclure au moins celle du film. Mais peut-être qu'elle n'existe plus. Enfin, ce n'est pas par la richesse des suppléments que ce DVD marquera le monde.



Conclusion
Si vous êtes un amateur de bons vieux films de guerre héroïque, Twelve O'clock High ne vous décevra pas. Le transfert numérique de ce DVD donne une nouvelle jeunesse à un classique du genre. La Twentieth Century Fox nous livre un travail de restauration remarquable. Nous espérons seulement que ce même niveau d'excellence inspirera d'autres éditeurs a ne pas négliger des oeuvres datant de quelques décennies.


Qualité vidéo:
4,1/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-05-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Twelve O'Clock High

Année de sortie:
1949

Pays:

Genre:

Durée:
132 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Publicité

Date de parution:
2001-05-15

Si vous avez aimé...