Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

NeverEnding Story, The

Critique
Synopsis/présentation
Cinéaste d'origine allemande , Wolfgang Petersen (1941- ) est le réalisateur à qui l'on doit notamment Das Boot (1981), In The Line Of Fire (1993) et The Perfect Storm (2000). En 1984, c'est dans un tout autre registre cinématographique qu'il réalisa The NeverEnding Story.
Sur le trajet de l'école, un gamin (Bastian) fera la rencontre d'un bouquiniste de qui il empruntera un livre mystérieux. Dans un recoin de son école, il fera la découverte de Fantasia, l'endroit mystique où prend vie The NeverEnding Story. Menacés d'extinction, les habitants de l'île auront besoin de la collaboration physique du lecteur afin de garantir la survie de ce monde imaginaire!
Ce film fantastique fait l'éloge de valeurs morales: la bravoure, le courage et la foi. D'apparence innocente, l'issue du récit se veut en réalité plus complexe qu'elle ne le laisse croire. Notre vie serait confiné à l'intérieur d'un livre dont le déroulement dépendrait uniquement de l'imagination de celui qui en fait la lecture. Ce pouvoir imaginaire dépasse ainsi les limites cérébrales du rêve. Il n'a que pour unique frontière l'effervescence des pensées du lecteur; s'il croit en nos capacités, rien n'est impossible. The NeverEnding Story n'est, ni plus ni moins, qu'une fable, un conte, qui exhulte les valeurs d'entraides et de confiance.
Noah Nathaway et Barret Oliver sont les deux (2) acteurs principaux, le dernier étant celui qui interpréta le rôle de D.A.R.Y.L. dans le film du même nom (1985). Leur jeu (récompensé discrètement à l'époque) est ici appuyé par des effets spéciaux inovateurs, dépassés par la technologie actuelle mais tout de même créatifs. D'ailleurs, le générique inclu des techniciens ayant participé aux tournages de 2001: A Space Odyssey, Alien et The Empire Strikes Back (ILM). Die Unendliche Geschichte (titre original) est une co-production entre l'Allemagne et les États-Unis.


Image
Présenté en format original de 2.35:1 (transfert anamorphique), le côté opposé du disque offre également le film en version plein écran (4:3).
La définition de ce transfert surprend, l'image est nette et rend pleinement les détails et textures. Malgré l'âge du film, les couleurs demeurent justes et naturelles quoique l'image apparaît désaturée par moments, en particulier lors de plans larges. On ne note aucune fluctuation de la densité. Le contraste est juste et la qualité des dégradés est appropriée. Toutefois, les noirs sont peu profonds. Les tons de peau sont naturels, sans aucune dominante.
La qualité de l'interpositif employé est adéquate. Seules quelques rares parasites (taches) sont parfois visibles mais sans plus. On remarque aussi quelques traces de pixellisation et un légers fourmillement dans les plans fixes (chapitre 2), des défauts sommes toutes mineurs.


Son
Cette édition propose deux bandes sonores en format Dolby Digital Surround 2.0: l'une anglaise et l'autre française. D'un dynamisme limité, ces bandes-son se déploient principalement des enceintes avants. La spatialité s'avère très limitée, le son n'a pas toute la profondeur et amplitude voulu. Si le champ sonore est cohérent, il n'y a malheureusement que peu d'effets canaux à canaux. Peut-être qu'un remixage en format Dolby Digital 5.1 aurait donné plus d'impact à l'environnement audio. La trame sonore est rendu fidèlement, sans toutefois nous envelopper totalement. Les dialogues, pour leurs parts, demeurent en tout temps intelligibles et naturels. Il n'y a pour ainsi dire aucune basse fréquence sur ces bandes. A quelques très rares occasions, le son tend légèrement vers les hautes-fréquences mais n'est jamais strident. Il y a option de sous-titrage en anglais, français et espagnol.


Suppléments/menus
Peu de suppléments pour cette édition. On retrouve sur chaque face du disque la bande-annonce originale (16:9) et quelques notes de production totalisant six (6) pages. Ces notes (Cast and Crew, Making Movie Magic, The Heroes, The Childlike Empress et The People of Fantasia), somme toute assez sommaires, apprennent peu sur le film. Un court documentaire ou voire quelques entrevues auraient sûrement mieux étoffé cette partie de l'édition.




Conclusion
The NeverEnding Story profite ici d'une présentation visuelle d'une qualité inégalée, quoique non exempte d'imperfections. Les bandes-son décoivent quelque peu; un remixage aurait peut-être été de mise. Quant aux suppléments, ils sont quasi inexistants... Dommage.
Ce titre est vendu aux alentours d'une vingtaine de dollars, un prix honnête et justement fixé pour cette édition pour quiquonque veut replonger en enfance!



Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Sylvain Bourdon

Date de publication: 2001-09-04

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 RCA ColorTrak, Récepteur Denon AVR-2800, Lecteur Denon DVD-1500, enceintes Nuance / Energy, câbles Monster Cable

Le film

Titre original:
Die unendliche Geschichte

Année de sortie:
1984

Pays:

Genre:

Durée:
92 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-10 (double face, simple couche)

Format d'image:
2.35:1 et 1.33:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Notes de production et bande-annonce originale

Date de parution:
2001-09-04

Si vous avez aimé...