Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Purple Rose of Cairo, The

Critique
Synopsis/présentation
Autant Broadway Danny Rose fût un échec, autant Purple Rose of Cairo fût une réussite. Avec cette oeuvre originale, Woody Allen porte un regard nostalgique sur le grand cinéma de divertissement des années de dépression aux États-Unis.
Purple Rose of Cairo est l'histoire de Cecilia (Mia Farrow) à l'époque de la grande dépression. Cecilia est exploitée et battue par son mari. Elle vient de perdre son emploi de serveuse dans un restaurant où le patron lui faisait aussi la vie dure. Cecilia fuit cette existence misérable en allant regarder des comédies romantiques à son cinéma de quartier.
Après avoir assisté à plusieurs représentations du film Purple Rose of Cairo, l'un des personnages secondaires, Tom Baxter (Jeff Daniel), traverse l'écran pour venir rencontrer la jeune femme qu'il a remarquée dans la salle. Cette situation engendre tout un émoi dans la ville et au sien du reste de l'équipe des acteurs toujours à l'écran.
Woody Allen est un autodidacte qui n'a fait aucune étude universitaire, en cinéma ou dans toute autre matière: sa culture est en grande partie populaire. Avec Purple Rose of Cairo, il rend hommage à cette culture qui permettait à des millions de gens de s'évader de leur quotidien sordide. Ainsi, les spectateurs pouvaient vivre des aventures exceptionnelles par procuration.
Purple Rose of Cairo est un très beau film sur le fantasme comme moyen de vivre et de surmonter sa condition. À la fin du film, Cecilia (Cendrillon) reste seule dans la salle de cinéma: son fantasme est retourné dans son univers et le l'acteur (le prince charmant), reparti pour l'usine à rêve. Pour Cecilia, l'ascension sociale est impossible: il ne lui reste plus que le cinéma pour voir des histoires bien finir.


Image
L'image est loin d'être parfaite mais, dans l'ensemble, elle demeure acceptable. L'interpositif n'est pas sans imperfections. Sans être catastrophique, cette situation peut gêner les dvdphiles sensibles à ce genre de problèmes.
Le transfert numérique, anamorphique au format de 1.85:1, n'est pas sans défauts, en particulier au chapitre de la compression: pendant le visionnement, on remarque constamment un léger frémissement de l'image.
L'image, par nature très contrastée, est bien reproduite. La définition est en général bonne, en particulier pendant les passages en noir et blanc. Ajoutons que les contours des objets est net mais non sur-accentués.
Les couleurs sont riches, saturées et sans bavures: c'est l'un des points positifs de cette édition. La peau a un aspect très naturel. La photographie de Willis, très riche et travaillée, est encore une fois bien rendue par ce transfert.
Il est certain que nous n'avons pas ici droit au transfert du siècle. Toutefois, malgré le caractère un peu bâclé de la compression, il demeure très acceptable. L'acheteur en aura pour son argent.



Son
Ce disque offre trois bandes sonores : anglaise, française et espagnol au format Dolby Digital 2.0 monophonique. La version originale est superbe pour une bande sonore monophonique. Le souffle est inexistant et le détachement des plans sonores est réussi. Bien sûr, il n'y a pratiquement pas de basses fréquences, mais les aigüs ne sont jamais stridents. Cela reste de la mono, mais très agréable à l'écouter.
La version française est, dans l'ensemble, semblable à la version originale. Malheureusement, les voix manquent de naturel et sont beaucoup plus en avant que le reste de l'environnement sonore. Saluons cependant le fait qu'il y ait une version française, même si elle aurait mérité un meilleur traitement.



Suppléments/menus
Comme pour toutes les éditions à prix économique de la MGM/UA, le seul supplément offert est la bande-annonce du film. Notons qu'on retrouve un livret de deux pages dans le boîtier. Ce texte, en anglais seulement, est intéressant et situe très bien l'oeuvre dans son contexte de production.



Conclusion
Malgré une image pas toujours optimale et l'absence de suppléments dignes de ce nom, cette édition DVD s'avère encore un bon achat. Le film en vaut largement la chandelle et reste un très agréable moment de cinéma.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,1/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-11-12

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Purple Rose of Cairo, The

Année de sortie:
1984

Pays:

Genre:

Durée:
84 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Livret et bande-annonce

Date de parution:
2001-11-06

Si vous avez aimé...