Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Corky Romano

Critique
Synopsis/présentation
La bande-annonce d'une comédie est plus souvent qu'autrement à double tranchant. Celle-ci peut intéresser et le film peut ensuite livrer la marchandise une fois en salle. Par contre, il arrive trop souvent que les meilleurs moments soient condensés en ces quelques secondes. Le tout premier film du réalisateur Rob Pritts en est un parfait exemple.
Corky Romano (Chris Kattan) est le cadet rejeté d'une famille italienne impliquée dans le crime organisée. Pops Romano (nul autre que Columbo lui-même, Peter Falk), un des plus grands criminels des Etats-Unis, est en difficulté lorsqu'un informateur le dénonce au FBI. Afin de contrer cette menace, il doit faire détruire les preuves qui sont conservées contre lui au bureau new-yorkais de la police fédérale.
Ses deux frères Paulie (Peter Berg) et Peter (Chris Penn) étant trop connus des autorités, c'est à Corky que reviendra la tâche d'infiltrer le FBI. Malheureusement, celui-ci n'a pas été rejeté de la famille pour rien : il est un gaffeur né... Malgré cela, Corky fera tout ce qui est en son pouvoir pour que son père ne se retrouve pas en prison et pour qu'il puisse ainsi réintégrer la famille.
C'est l'imbécillité de Corky est à la base de la quasi totalité des blagues du film. Malheureusement, les meilleures d'entres elles avaient été présentées dans la bande-annonce et ce qui nous reste à nous mettre sous la dent est plutôt maigre. Bien que certaines scènes soit amusantes, la majorité du film nous laisse de marbre.
De plus, l'humour de Corky Romano est plutôt simpliste et nullement à la hauteur du talent des comédiens que l'on y retrouve. Chris Kattan, un des piliers de Saturday Night Live, est restreint à un personnage unidimensionnel auquel il est impossible de s'attacher. Il en va de même pour Peter Falk qui n'a aucunement la chance de se faire valoir.
Il était pourtant possible d'espérer une production de qualité pour Corky Romano, considérant que Robert Simonds dirigeait le projet, à titre de producteur, . Ce dernier était aux commandes de plusieurs comédies des années 90, telles que Airheads, Happy Gilmore et The Wedding Singer. Malheureusement, ce film manquent cruellement de fini.
Une partie du blâme est surement imputable à l'inexpérience du réalisateur Rob Pritts. Celui-ci en était à sa première réalisation. Certaines scènes traînent en longueur, alors que d'autres auraient gagner à être étoffées. De plus un montage brouillon fini par agacer. Le choix d'un premier film étant d'une importance primordiale pour un réalisateur, il faudra surveiller si Pritts aura la chance de diriger à nouveau une production hollywoodienne...
Il nous reste au bout du compte un film édulcoré, parfois insipide, dont l'humour ne vole pas bien haut. Mais de plus on nous offre une morale simpliste et plus qu'appuyée: les liens familiaux ne peuvent être brisés peu importe les défauts de chacun (original n'est-ce pas?). En plus de ne pas faire rire, on se demande si ce film ne manque pas totalement de respect envers le spectateur...



Image
Cette édition de Corky Romano est présentée en format original (2.35:1) d'après un transfert vidéo anamorphosé.
Comme il est possible d'espérer d'une production aussi récente, l'interpositif utilisé est d'excellente qualité. On ne remarque aucun grain ni d'autres imperfections. De façon générale, ce transfert est d'une qualité plus que respectable. La définition de l'image est satisfaisante quoiqu'on remarque parfois un certain manque de piqué. La colorimétrie, toujours neutre, est rendue avec justesse. Les tons de peau sont pour leurs part naturels.
On ne dénote aucune fluctuation de la brillance. Le contraste est tant qu'à lui correctement ajusté. Les parties sombres offrent quant à elles des dégradés subtils et un niveau de détail satisfaisant. Les noirs sont intenses et purs. quoiqu'on observe à l'occasion un léger fourmillement.
Le transfert ne souffre d'aucun défaut de compression et la sur-définition des contours est réduite au minimum.
Le résultat final est un transfert de qualité adéquate qui rend justement une photographie toutefois plutôt drabe et sans style.



Son
Cette édition de Corky Romano offre une seule bande-son; anglaise Dolby Digital 5.1.
À l'instar de la présentation visuelle, cette bande-son reproduit un mixage sommes toute fonctionel et sans réel marque distinctive. Ce mixage est d'un dynamisme moyen et sans présence. Le champ sonore se déploie essentiellement des enceintes avants. Les enceintes arrières ne sont presque jamais mises à contribution. Les dialogues demeurent toujours compréhensibles et sont correctement intégrés. La trame-sonore, composée de plusieurs pièces des années 80 et 90, est rendue avec une fidélité acceptable et fait preuve d'un dynamisme moyen. L'utilisation du canal .1 (LFE) est plus que sporadique.
Notons qu'il a option de sous-titrage en français et en espagnol.



Suppléments/menus
Buena Vista nous offre une quantité limitée de suppléments avec cette édition de Corky Romano. Il est tout d'abord possible de visionner un court documentaire intitulé Corky Romano - All Access. Comme c'est trop souvent le cas avec ce genre de matériel, le court segment est en fait une longue bande-annonce du film. Aucun contenu véritablement informatif n'est présent et on se lasse rapidement du ton utilisé.
Il est ensuite possible de visionner des séquences du film dont la durée est un peu plus longue. Ces dernières démontrent uniquement que le film aurait pu être encore pire que ce à quoi nous avons eu droit. Notons principalement la scène où Corky, alors en mission pour le FBI, entre en conflit avec ses frères. Cette scène, une fois allongée, est encore moins efficace et perd encore plus le peu d'intérêt qu'elle avait.
Ne cherchez pas la bande-annonce, Buena Vista n'ont pas cru bon de la présenter. Est-ce pour éviter qu'on remarque que celle-ci était supérieure au produit final?



Conclusion
Cette édition de Corky Romano est l'image du film; fade et sans véritable intérêt. D'un point de vue technique cette présentation est acceptable mais les suppléments de qualité quelquonque en font un produit très moyen.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
1,5/5

Rapport qualité/prix:
2,5/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Steve Tremblay

Date de publication: 2002-05-29

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Samsung HCL5515W, Récepteur Harman/Kardon AVR310, Lecteur DVD Panasonic RP91, enceintes Cerwin Vega, câbles Accoustic Research

Le film

Titre original:
Corky Romano

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
85 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Français
Espagnol

Suppéments:
Documentaire, scènes allongées

Date de parution:
2002-05-14

Si vous avez aimé...