Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Chocolat (World Films)

Critique
Synopsis/présentation
La réalisatrice française Claire Denis (1948) n'est pas une inconnue dans le monde du cinéma. Diplomée de l'IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) de Paris, elle est pendant dix ans l'assistante de différents réalisateurs dont Robert Enrico, Jim Jarmush, Jacques Rivette et Wim Wenders. À leurs côtés, elle participe à la réalisation de films importants comme Le vieux fusil, Paris Texas et Les ailes du désir. En 1985 commence la gestation de son premier long-métrage : Chocolat. Le projet met trois ans à se réaliser et le résultat final est probant.
Comme c'est souvent le cas avec une première oeuvre, Chocolat est en partie autobiographique. Ce film raconte l'histoire d'une jeune Française qui retourne au Cameroun vingt ans après l'indépendance du pays. Ce retour fait émerger des souvenirs d'enfance au moment où son père était responsable d'un territoire.
Comme elle l'avoue elle-même, Claire Denis n'a pas voulu montrer une Afrique nostalgique. Elle jette plutôt un regard cynique sur le colonialisme, montrant des colonisateurs profitant de la docilité des colonisés, autant que l'inhumanité des Africains qui réussissent à se hisser au rang des Blancs. Il ne faut toutefois pas penser que ce film est militant car, rappelons-nous, le monde colonial qui est dépeint provient des souvenirs d'une petite fille. Tout y est présenté en demi-teintes, sans être jamais très explicite. Le drame se dessine plutôt en filigrane, ce qui donne un aspect très pudique à l'ensemble.
Il ne faut pas chercher ici une intrigue ou attendre l'explosion d'un drame. Le film est construit autour d'épisodes de la vie d'une famille, le quotidien avec ses passages à vide et les petites choses qui constituent une vie. Grâce à une composition très soignée des plans, à des mouvements de caméra travaillés et à une économie dans les dialogues, la cinéaste arrive à reproduire le rythme de vie africain sans jamais ennuyer le spectateur qui se laisse envoûter par ce très beau regard de femme où la suggestion joue un rôle prépondérant.
Chocolat est un bon exemple de premier film réussi. Tant par sa forme que par son contenu, Claire Denis nous prouve sans doute aucun l'originalité de son approche cinématographique. Cependant, ce film ne plaira pas à tout le monde : il n'y a aucune énigme ou bataille épique, et aucun meurtre. Cette oeuvre est destinée à un public aimant le cinéma d'auteur et qui accepte de prendre le temps de regarder une oeuvre. Nous sommes ici dans l'univers de Claire Denis, pas à Hollywood.


Image
À tout point de vue, l'interpositif ayant servi au transfert numérique de cette édition est de très bonne qualité. L'image a très peu de marques, de poussières ou de pertes d'émulsion : il apparaît évident que la MGM a mis la main sur une copie presque neuve.
La qualité de ce transfert est une surprise. Bien que non anamorphique, l'image au ratio de 1.66:1 est de très bonne qualité. Ici, la netteté, le détail et la stabilité sont au rendez-vous. L'acheteur obtient, de loin, le meilleur rapport qualité/prix pour un film de la collection World Films.
Les couleurs sont très bien rendues. Elles sont saturées et riches et les paysages du Cameroun sont reproduits avec toutes les nuances souhaitées. La peau des personnages est toujours naturelle. Le contraste est bon et les noirs sont très profonds. Le point le plus remarquable de l'image est toutefois sa définition. La netteté de l'image est superbe : c'est l'une des meilleures de la collection World Films. Pour un DVD se vendant autour de 20 $, il est difficile de demander plus.


Son
Le DVD propose la bande sonore française monophonique. Ici, comme pour l'image, la bande-son est en tout point remarquable. Bien qu'elle n'ait pas l'ampleur d'une bande sonore stéréo, elle est toujours très bien équilibrée. Les plans sonores sont bien détachés et les dialogues, toujours très intelligibles. De toute façon, un remixage stéréophonique aurait été aussi coûteux que superflu.


Suppléments/menus
Ils brillent par leur absence. Le menu n'offre que la bande annonce américaine du film.




Conclusion
Si vous aimez les films contemplatifs, Chocolat est pour vous. Sans être un chef-d'oeuvre, ce long-métrage est particulièrement bien réalisé et jette un regard plus qu'intéressant sur le colonialisme et sur la relation maître-colonisé. De plus, c'est un DVD de bonne qualité qui prouve que la MGM est capable du meilleur comme du pire.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication:

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Chocolat

Année de sortie:
1988

Pays:

Genre:

Durée:
106 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.66:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Bande-annonce

Date de parution:
2001-07-24

Si vous avez aimé...