Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Crimson Rivers

Critique
Synopsis/présentation
Les Rivières Pourpres c'est avant tout un roman écrit par Jean-Christophe Grangé. Paru en janvier 1998 chez Albin Michel le livre est un succès immédiat, plus de 250,000 copies sont vendues en France uniquement. Fort d'une telle réussite on s'arracha les droits d'adaptation cinématographique, c'est finalement le rpoducteur Alain Goldman qui remporta la mise (il acheta du même coup les droits du premier roman de l'auteur (Le Vol des Cygognes)).
La mise en scène fut confiée à Mathieu Kassovitz, réalisateur français très en vogue à qui l'on doit notamment Assassin (1997) et La Haine (1995).
Le commisaire de police Pierre Niemans (Jean Reno), un homme au passé légendaire, enquête sur la mort horrible de Rémi Callois. Cet homme, bibliothécaire à l'université de Guernon, a horriblement été torturé; son corps mutilé et amputé. Parralèllement Max Kerkerian (Vincent Cassel), jeune lieutenant, enquête sur le cambriolage d'une école et la profanation d'une tombe à Sarzac; deux crimes apparemment indépendants l'un de l'autre. Au fil des deux enquêtes, les mystères ne font que grandir. Le chemin des deux hommes se croise, et ce qui n'était que des crimes sordides devient la toile de fond d'un projet beaucoup plus terrifiant.
Mathieu Kassovitz vient-il de signer sa carte de visite pour Hollywood? Chose sûre le réalisateur signe ici un thriller s'apparentant étrangement à plusieurs productions américaines du genre dont, et surtout, Se7en. L'atmosphère glaucque et sordide n'est pas sans rappeler celle que Fincher arrive à créer dans Se7en sauf qu'ici c'est moins bien réussi, dû surtout à une adaptation douteuse. Bien que Jean-Christophe Grangé ait co-scénarisé le film (avec Kassovitz) on se demande si les bons choix ont été faits; pourquoi avoir misé sur des cascades et des effets spéciaux tape à l'oeil (la conclusion du film est pathétique) alors qu'il y avait tant à faire du côté des personnages. Au premier chapître du roman de Jean-Christophe Grangé le personnage de Pierre Niemans donne d'une façon assez brutale la mesure de son caractère. Exit. On a cru qu'une telle scène affecterait trop le ryhtme du film. Si l'oeuvre nous garde en haleine un certain temps le réalisateur nous inonde d'une quantité d'informations à compter de la moitié du film si bien que le spectateur, qui n'est pas familier avec le livre, s'y perdra sûrement.
Les Rivières Pourpres reste un thriller acceptable, ni meilleurs ni pire qu'une quantité d'oeuvres de cet acabit produit par la machine hollywoodienne chaque année, mais n'est certe pas à la hauteur de ces ambitions.


Image
Les Rivières Pourpres nous est offert en format original (2.35:1) d'après un transfert anamorphique et numérique. La définition est, sans être de référence, très bonne. L'image parait bien détaillée laissant apprécier les textures et détails. Toutefois quelques plans semblent manquer un peu de netteté et l'image, de manière générale, légèrement de mordant. Les couleurs, souvent en demi-teintes, sont très adéquatement rendues, ce qui aurait pu être un problème avec ce transfert. La brillance ne montre aucune fluctuation tandis que le contraste semble correctement balancé. Les teintes de peau paraîssent justes et naturelles.
Peu de défauts du à la numérisation sont perceptibles. Les contours n'ont pas été accentués, seules quelques très légères traces de pixellisation sont occasionellement perceptibles.



Son
Trois bandes sonores sont proposées sur cette édition: anglaises Dolby Digital 5.1/2.0 Surround et, surprise, le mixage original en français Dolby Digital 5.1. Le communiqué de presse annonçant la parution de ce titre ne faisait état que de la présence d'une bande-son en français Dolby Digital 2.0 Surround...Il y a option de sous-titrage en anglais et français. Prenez d'abord note que les sous-titres anglais apparaissent par défaut, pour s'en débarasser il faut absolument faire Subtitle - OFF.
La bande-son principale (française Dolby Digital 5.1) offre une expérience sonore surprenante. L'espace sonore est ample et respire ce qui confère beaucoup de profondeur au son. On remarque beaucoup d'effets canaux à canaux, les transitions sont fluides et crédibles. Le dynamisme général n'est pas exacerbé, mais juste et à point pour mieux soutenir l'atmosphère, le ton du film. La trame sonore de Bruno Coulais (César 2001) est reproduite avec beaucoup de fidélité et se déploie de toute les enceintes. Les canaux d'ambiophonies sont sollicités de façon quasi permanente mais jamais de manière agressive ou inutile, tout est en nuance. Les basses sont correctement rendues mais on ne peut que regretter, à l'écoute de ce mixage, l'absence du mixage DTS disponible sur l'édition Zone 2 de ce film (il n'aurait pas été nécessairement rentable de produire une édition double disque pour la Zone 1, on a donc supprimé de cette édition la bande-son DTS). On fait un usage très soutenu du canal .1 (LFE) tant pour certains effets sonores que pour la trame-sonore. Seul défaut agaçant certaines lignes de dialogues ne sont pas clairement audibles du à une prise de son quelque peu aléatoire.
Le mixage anglais, Dolby Digital 5.1, n'a évidemment pas le même impact que son homologue français. Mis à part les aléas de tout doublage (spatialité réduite, etc.) il faut noter que plusieurs des acteurs ont effectué eux même leur propre doublage. Le résultat n'est pas toujours convainquant, certains ayant quelques difficultés à maîtriser la langue de Shakespeare.



Suppléments/menus
Columbia/Tristar a récupéré, en vue de ce titre quelques-un des suppléments offerts avec l'édition Zone 2. Fait plutôt rare, tous les suppléments sont en français (là encore il faure faire Subtitle - OFF pour supprimer le sous-titrage anglais).
On retrouve en premier lieu une piste de commentaires audio animée par Mathieu Kassovitz, Jean Reno et Vincent Cassel. Cette piste fut enregistrée pour l'édition DVD Zone 2 de ce film, d'ailleurs Kassovitz fait référence au mixage DTS sur le DVD. L'édition Zone 1 évidemment n'offre aucun mixage DTS. Les trois hommes ont emregistré cette piste simultanément et semblent avoir eu beaucoup de plaisir à le faire. Toutefois, bien que l'écoute de ces commentaires soit agréable, on apprend finalement peu. Dès qu'un peu de substance se dégage des propos (Kassovitz), un des deux acteurs ramène le discour à des anecdotes. Peu être qu'avoir laissé évoluer Kassovitz seul aurait été préférable. Fait surprenant, la piste de commentaires audio n'a pas été sous-titrée en anglais.
Pièce de résistance de ces suppléments un documentaire d'un peu plus de cinquante-deux minutes nommé The Investigation. Ce documentaire est de très bonne facture et n'a rien à envier à ce qui est produit aux Étas-Unis. On peut y voir et entendre les interventions de Mathieu Kassovitz, Alain Goldman (producteur), Jean-Christophe Grangé (auteur du livre et co-scénariste), Maryline Monthieux (monteuse), Jean Reno, Nadia Farès et Vincent Cassel. Ces interventions sont entrecoupées d'extraits du film ou de scénarimages. Ce qui étonne au fil de l'écoute est de constater à quel point les artisans du film semblent quelque peu justifier l'oeuvre ou du moins expliquer pourquoi le fil narratif était si confu. On admet directement ou implicitement que plusieurs erreurs ont été commises dans l'adaptation du roman, chose plutôt rare pour un documentaire complémentant une édition DVD. A surveiller Vincent Cassel au cours des dernières quinze minutes de ce supplément qui parle de son travail d'acteur. Mordant! Bien que d'un peu plus de 52 minutes aucune division par chapître n'a été faite. Il y a option de sous-titrage en anglais pour ce supplément.
Suit une section appelée The Post Mortem. On retrouve là trois segments s'attardant à des séquences clées du film. Le premier segment, The Corpse (26 min.), nous montre comment fut réalisée la séquence d'autopsie; la réalisation du cadavre, la mise en scène et la réaction des acteurs. C'est assez bien fait, informatif et la durée de ce segment permet d'explorer cette séquence à fond.
Le deuxième segment se nomme The Car Chase et dure un peu plus de neuf minutes. Ici on nous explique sommairement comment fut mis en scène cette séquence et notammment que des questions de budget n'ont pas permis de réaliser tous les effets voulus. Intéressant mais sans plus.
Le dernier segment, Mountain Sequence, est d'une durée d'environ dix minutes. Comme vous l'aurez compris ce supplément traite de la séquence finale du film. Outre les éléments techniques abordés ce sont sûrement les propos de Vincent Cassel qui sont les plus intéressants, lui qui a failli être sérieusement blessé au cours de la réalisation d'une des scènes.
Complètent cette édition des filmographies (Mathieu Kassovitz/Jean Reno/Vincant Cassel) et la bande-annonce originale (anamorphique, en français avec option de sous-titrage en anglais).




Conclusion
Cette édition a techniquement de quoi satisfaire l'amateur le moindrement exigeant; l'image est solidement rendue et la bande-son enveloppante. Soulignons l'effort de Columbia/Tristar qui offre aussi ce titre dans un boîtier en français. Seul regret le fameux mixage DTS est absent de cette édition. Toutefois inclure ce mixage aurait forcé Columbia/Tristar à produire une édition double disque (comme en Zone 2) ce qui n'aurait pas été nécessairement rentable considérant le faible potentiel commercial des films étrangers en territoire Américain.



Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,4/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2001-10-31

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Rivières pourpres, Les

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Piste de commentaires audio, segments sur la réalisation, documentaire, filmographies, notes de production

Date de parution:
2001-10-16

Si vous avez aimé...