Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Proof of Life

Critique
Synopsis/présentation
D'emblée, il est important de spécifier qu'il est pratiquement impossible de cataloguer Proof of Life dans un genre cinématographique particulier. Certes, il contient quelques éléments du film d'aventure ou du thriller, mais le cœur même du film est autrement plus complexe à cerner et à définir. C'est peut-être pour cette raison d'ailleurs, et incidemment parce que Warner semble ne avoir pas su sous quelle approche promouvoir le film lors de sa sortie sur les écrans, que le film obtint un succès des plus mitigé. Il faut dire que la réaction des critiques a été plutôt tiède, mis à part le magazine Time qui donna au film une place dans son palmarès des 10 meilleurs films de l'année 2000, ne sachant guère sous quel angle aborder le film. Rien de bien rassurant pour attirer les foules dans les salles…
Le récit met à l'avant-scène Terry Thorne (Russell Crowe), un négociateur spécialisé dans le K & R (Kidnapping et Rançon). Les organismes de K & R travaillent pour le compte des compagnies d'assurances, qui ont recours à leur service dans des cas d'enlèvement. Cette-fois, Thorne est envoyé à la rescousse d'Alice Bowman (Meg Ryan), dont le mari (David Morse, tout à fait excellent) vient d'être kidnappé dans un pays d'Amérique Latine par une bande de terroristes. Le hic, c'est que la compagnie pour laquelle travaille Bowman est en faillite. La victime se retrouve donc sans assurance et sans le sous, alors que les terroristes croient avoir entre les mains une valeur marchande des plus élevés… Le récit suit ainsi durant presque toute sa durée les négociations qui mèneront à la libération… ou à la mort du prisonnier. L'intérêt du film réside justement dans cette minutie avec laquelle il a de décortique toutes les étapes de cette négociation, en prenant soin de ne pas négliger les conséquences psychologiques des protagonistes impliqués. Car bien que l'histoire est fictive, le récit est en fait basé sur un article paru dans le Vanity Fair qui faisait la lumière sur ce métier inconnu que sont les négociateurs K & R. En traitant de ce sujet nouveau mais authentique pour la première fois, les auteurs se sont assurés de créer une sorte de précédent, puisque ce sujet précis n'avait encore jamais fait l'objet d'une adaptation cinématographique. Impossible donc de cataloguer le long métrage dans un genre précis. Malheureusement, il ne s'agit pas pour autant d'un film parfait. Le scénario aurait gagné à être plus étoffé, tout comme le personnage de Meg Ryan, qui fait presque office de figurante dans toute cette galère. Mais règle général la mise en scène de Taylor Hackford est efficace, subtile et minutieuse, et le compositeur Danny Elfman nous propose une trame sonore juste et solide. L'important, finalement, c'est de laisser tomber toute attente, toute idée préconçue avant le visionnement du film, et peut-être alors serez vous intéressé par ce thriller nouveau-genre.


Image
Offerte d'après un transfert anamorphique dans son format original de 2.35:1, l'image de Proof of Life est vraiment d'excellente qualité et ne souffre que de quelques rares défauts bien mineurs.
Tout d'abord, la définition y est exemplaire. Celle-ci laisse pleinement savourer toute la richesse de la composition d'image fortement détaillée. Les couleurs sont présentées avec tact, passant des superbes couleurs riches et saturées au début du film jusqu'à une palette de couleur intentionnellement plus terne et dé-saturée dans les dernières séquences. Le tout est rendu avec finesse, sans débordement. Les teintes de peau sont toujours rendues avec naturels, peu importe la situation. Les noirs sont également très solide, sans jamais sacrifier aucun détails. Les parties sombres, nombreuses, sont bien dégradés, mises à part quelques exceptions mineures. En fait, le seul véritable défaut du transfert provient d'un sur-définition des contours qui, parfois, peut distraire. C'est bien peu, mais c'est assez pour faire perdre quelques points à ce transfert autrement de toute beauté.


Son
Toute aussi satisfaisante que le transfert vidéo, la bande-son anglaise Dolby Digital 5.1 (aussi offerte en français, naturalité en moins) représente un mixage de très bonne qualité. L'environnement sonore est bien déployé et donne pleine vie aux nombreux lieus présentés dans le film. Les effets directionnels sont judicieusement déployés pour accentuer le dynamisme de certaines scènes, aucun effet superflu à déplorer. Les basses fréquences, profondes et mordantes, offrent aussi quelques bons moments dans les scènes qui l'exigent. Les dialogues, plutôt nombreux, sont toujours présentés avec netteté et naturalité, malgré la complexité de quelques séquences en montage parallèle, alors que les dialogues s'entrecroisent. À noter l'omniprésence subtile et envoûtante de la trame-sonore de Danny Elfman, qui donne avec justesse le ton à de nombreuses scènes.
En plus de la bande-son française, des sous-titres anglais et français sont aussi offerts. Une petite note d'ailleurs au sujet des sous-titre. Plusieurs scènes du film présentent des séquences parlées en Espagnol bénéficiant de sous-titres anglais incorporés à l'image. Malheureusement, aucun option ne nous permet de visualiser ces sous-titres en français, à moins d'activer et de désactiver manuellement la piste de sous-titre français. Dommage, car dépendant du contenu du film, l'inclusion d'une bande-son française n'est pas nécessairement suffisante aux besoins du marché francophone.


Suppléments/menus
Warner a déjà eu l'habitude de nous offrir des éditions plus étoffés pour des films qui en méritaient pourtant moins (Battlefield Earth ?!?). Les suppléments offerts sur cette édition sont peu nombreux et, bien qu'ils soient de belle facture, déçoivent par leur contenu quelque peu superficiel.
Tout d'abord, la piste de commentaires audio animée par Taylor Hackford n'est pas tout à fait à la hauteur des précédentes pistes du réalisateur, notamment pour Devil's advocate et Dolores Claiborne. Peut-être est-ce par rancune (la piste a été enregistrée un mois seulement après la sortie du film en salles, alors que les critiques et le box-office se révélaient décevants), mais les informations techniques se font rares. Néanmoins, son ton articulé et l'absence de silence en font une piste s'élevant aisément au-dessus de la moyenne.
Suit un documentaire promotionnel de 14 minutes sur la production du film. Comme tout bon segment promotionnel produit par la HBO et destiné à une diffusion télévisuelle, le contenu est effacé sous un contenant dont la vocation consiste à vendre le film. Dommage, car la structure même du documentaire est plutôt solide et il offre même quelques informations et quelques images en coulisses des plus captivantes. Mais malheureusement, sa trop courte durée et son rôle commercial l'empêchent d'aller réellement en profondeur.
La bande-annonce originale présentée en salle et quelques filmographies complètent cette édition.




Conclusion
L'apparition de Proof of Life en DVD constitue essentiellement pour le film une seconde chance de se faire découvrir par les spectateurs. Ils y découvriront un film intéressant, bien ficelé et interprété avec verve. La présentation du contenu est en tout point satisfaisante, répondant adéquatement aux normes du marché actuel. Seuls les suppléments nous laissent sur notre appétit, compte tenu de l'effort souvent déployé par Warner pour fournir des bonus à des films de moindre qualité. Néanmoins, la piste de commentaires audio offre quelques bons moments et le documentaire se laisse écouter sans efforts.
À noter que Proof of Life, tout comme The Pledge, sont les deux premiers titres à être offerts par Warner dans un boîtier entièrement français. Prenez note que le disque et les menus demeurent identique à la version anglaise du boîtier.



Qualité vidéo:
4,1/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-06-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Proof of Life

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
135 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaire, bande-annonce

Date de parution:
2001-06-19

Si vous avez aimé...